Conflit ESG et UQAM: deux consultants externes en renfort

L'UQAM vient d'embaucher deux consultants externes pour tenter de régler la... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

L'UQAM vient d'embaucher deux consultants externes pour tenter de régler la crise avec son École des sciences de la gestion (ESG) qui cherche à se séparer d'elle.

Il reviendra à Louise Dandurand, politologue, et à Hélène P. Tremblay, économiste, de trouver un terrain d'entente.

L'École des sciences de la gestion de l'UQAM, qui soutient attirer une grande partie des revenus de l'UQAM, manifeste depuis plusieurs années son intention de se séparer de l'UQAM.

Depuis quelques semaines, la tension a monté d'un cran.

Dans un communiqué annonçant l'embauche des deux consultantes, l'UQAM dit vouloir «intensifier le processus de réflexion sur le modèle de décentralisation le plus apte à favoriser le développement de l'institution».

L'École des sciences de la gestion a accepté de suspendre la démarche de consultation qu'elle menait au sein de ses troupes au sujet de son appartenance à l'UQAM.

Dans son propre communiqué, l'ESG dit espérer que ce chantier «lui permette d'obtenir, au sein de l'UQAM, le niveau d'autonomie demandé depuis de nombreuses années».

L'ESG mentionne qu'elle demande depuis 2013 son autonomie «selon un modèle de décentralisation des revenus et le paiement de la juste part des dépenses communes et d'une péréquation».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer