UQAM: augmentation des plaintes à l'ombudsman

Au cours de la dernière année étudiée, l'ombudsman... (PHoto Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

Au cours de la dernière année étudiée, l'ombudsman Muriel Binette dit avoir constaté une augmentation du nombre de demandes de consultation et de plaintes associées à l'encadrement des études de cycles supérieurs à l'UQAM.

PHoto Patrick Sanfaçon, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Des étudiants aux cycles supérieurs mal encadrés, des évaluations mal justifiées, des professeurs qui menacent de les abaisser davantage si on cherche à contester officiellement leurs notes : l'ombudsman de l'UQAM a donné raison à 147 des 371 personnes qui ont déposé une plainte à son bureau, est-il écrit dans son rapport 2014-2015.

Au cours de la dernière année étudiée, Muriel Binette dit avoir notamment constaté une augmentation du nombre de demandes de consultation et de plaintes associées à l'encadrement des études de cycles supérieurs. Une étudiante a attendu plus de deux ans les commentaires de sa directrice de recherche sur les corrections majeures apportées à son mémoire. Après que son directeur de recherche a été nommé à une fonction à l'extérieur de l'université pour une période indéterminée, une autre étudiante a été laissée à elle-même pendant plusieurs mois, sans plan de travail et sans encadrement.

Autre problème majeur, selon Mme Binette : des étudiants doivent encore s'adresser à l'ombudsman pour avoir accès aux informations relatives à l'évaluation de leurs travaux ou examens. Pourtant, le droit des étudiants à ces informations est déjà encadré par les règlements des études et par la Charte des droits et des responsabilités des étudiantes et des étudiants de l'UQAM, précise l'ombudsman.

« Certains professeurs et chargés de cours ne connaissent pas les droits des étudiants en matière d'accès à l'information concernant leur évaluation. »

- Muriel Binette, ombudsman de l'UQAM

Le rapport de l'ombudsman mentionne aussi des cas où des enseignants, au nom de la « liberté académique », refusent de justifier leur évaluation et menacent même des étudiants de baisser leur note s'ils s'engagent dans le processus de modification et de révision. « Ces comportements sont inacceptables », conclut-elle.

Outre une augmentation du nombre de plaintes en 2014-2015, l'ombudsman de l'UQAM enregistre aussi une augmentation des demandes de consultation (102 de plus que l'année précédente, soit 595).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer