Secteur public: entente de principe chez les professeurs de cégep

Une autre entente de principe est intervenue dans le secteur public, toujours... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne

Une autre entente de principe est intervenue dans le secteur public, toujours aux tables sectorielles, cette fois avec les professeurs de cégep.

Et fait inusité, cette entente touche deux centrales syndicales, puisqu'elle a été négociée par une alliance qui regroupait les enseignants de cégep syndiqués à la CSN (Confédération des syndicats nationaux) et ceux qui sont syndiqués à la CSQ (Centrale des syndicats du Québec).

L'Alliance des syndicats des professeurs de cégep représente 20 500 enseignants, soit l'ensemble du corps professoral du réseau collégial.

Les parties ont convenu lundi de ne pas donner d'entrevue sur le contenu de l'accord négocié.

Néanmoins, par voie de communiqué, le président de la fédération concernée à la CSQ, Pierre Girouard, a précisé que l'entente de principe avait permis de «faire des gains significatifs pour les profs au statut précaire, sur la charge de travail excessive, la reconnaissance de l'appartenance des profs de cégep à l'enseignement supérieur ainsi que sur le soutien aux étudiants en situation de handicap».

De son côté, la vice-présidente de la fédération concernée à la CSN, Nicole Lefebvre, s'est félicitée de cette entente de principe. «Notre mobilisation a permis de bloquer le projet de réorganisation du travail» qui visait à «transformer nos services publics», a-t-elle commenté.

Le contenu de l'entente sera expliqué aux délégations des syndicats concernés jeudi, puis aux assemblées générales des membres ultérieurement.

Tout au long de la semaine dernière, plusieurs ententes de principe avaient été conclues, notamment dans le domaine du soutien scolaire à la CSN (30 000 membres touchés), à la FTQ (16 000 dans le soutien scolaire et 700 chez les professionnels de l'éducation), à la CSQ (27 000 dans le soutien scolaire), de même qu'au Syndicat de la fonction publique du Québec pour ses accréditations ouvriers (4000 syndiqués) et fonctionnaires (27 000 concernés par l'entente de principe).

Ensuite, c'est la Fédération interprofessionnelle de la santé, qui représente 66 000 professionnelles en soins, qui a conclu son entente de principe aux tables sectorielles, le week-end dernier.

Les 20 500 professeurs de cégep syndiqués à la CSN et à la CSQ s'ajoutent maintenant à la liste.

Aux tables sectorielles sont négociées des clauses propres à chaque secteur, comme l'organisation du travail et la précarité d'emploi. Les salaires et le régime de retraite sont négociés à la table centrale.

Le gouvernement offre aux 500 000 employés de l'État deux années de gel salarial et trois années avec des augmentations limitées à 1 pour cent. De plus, il veut progressivement faire passer de 60 à 62 ans l'âge auquel il sera possible de prendre sa retraite sans pénalité.

Encore vendredi dernier, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, a invité les syndicats à faire des compromis sur la retraite s'ils voulaient qu'il se montre plus généreux au chapitre des augmentations de salaire. Et tant lui que le premier ministre Philippe Couillard ont affirmé que la marge de manoeuvre du gouvernement était bien mince vu l'état des finances publiques.

Pendant ce temps, une journée de grève est toujours prévue par le front commun le 9 décembre, soit mercredi. Ses représentants ont cependant déjà indiqué que la tenue de cette journée dépendrait des progrès aux tables de négociation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer