L'ASSÉ songe à une grève générale illimitée

La direction de l'ASSÉ propose à ses membres une grève générale illimitée... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La direction de l'ASSÉ propose à ses membres une grève générale illimitée advenant un débrayage dans la fonction publique, selon un document interne distribué plus tôt cette semaine et obtenu par La Presse.

Le conseil exécutif de l'organisation y met aussi de l'avant une augmentation des cotisations étudiantes de 50%.

«Que l'on suggère aux associations étudiantes de déclencher une grève générale illimitée si 10 000 travailleuses et travailleurs et 25 000 étudiant-e-s ont un mandat similaire», peut-on lire dans la version préliminaire du «cahier de congrès» diffusé en vue d'une rencontre les 24 et 25 octobre prochains. On y indique aussi que cette proposition d'arrimage à un éventuel mouvement de grève des fonctionnaires a été «déposée par le conseil exécutif» à la fin de septembre dernier.

Le document a été envoyé aux associations membres de l'ASSÉ lundi en fin de journée. Il est daté du même jour.

Une «avenue»

En entrevue avec La Presse, la porte-parole de l'association a qualifié cette idée de «proposition qui circule informellement» parmi d'autres. «Ce sont des avenues», a ajouté Hind Fazazi. «Il y a plein de plans qui sont discutés [...] je vous invite à ne pas mettre cette proposition-là sur un piédestal.»

C'est la seule qui figure dans le document préparatoire.

Mme Fazazi défend par contre ouvertement une autre proposition inscrite dans le même document: le conseil exécutif veut faire passer de 3$ à 4,50$ la cotisation annuelle de chaque étudiant membre d'une association locale qui fait partie de l'ASSÉ.

«Il faut se donner les moyens de nos ambitions, a expliqué la porte-parole en entrevue téléphonique. La lutte que l'on se propose de mener est plus fatigante, plus longue, demande davantage de ressources et de mobilisation. Il faut que l'on puisse matériellement le faire, donc je crois que c'est un choix éclairé.»

Selon elle, le nombre de membres a «explosé» depuis le printemps 2012 pour atteindre 80 000 étudiants répartis partout dans la province, ce qui entraîne une augmentation importante des coûts de transport pour les activités de l'organisation.

Mme Fazazi a aussi exposé que l'ASSÉ s'était impliquée dans plusieurs procédures juridiques relativement à des «arrestations politiques», ce qui a drainé encore davantage ses ressources financières.

Elle a toutefois nié que l'organisation soit en difficultés financières, tel que La Presse l'écrivait il y a deux semaines. Le message du trésorier aux associations étudiantes, dans lequel il affirmait qu'«au rythme actuel, [leurs] comptes seront vides d'ici un mois et demi», visait simplement à rappeler leurs obligations financières aux associations locales, a-t-elle affirmé.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer