Jour de grève pour 35 000 enseignants

Des enseignants manifestent devant l'école Joseph-Francois Perrault, à... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Des enseignants manifestent devant l'école Joseph-Francois Perrault, à Montréal.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Près de 35 000 enseignants se réveilleront en grève, mercredi matin, le temps d'une journée qui sera suivie par au moins deux autres en octobre. Après avoir formé des piquets de grève devant leurs écoles primaires et secondaires, les enseignants, qui proviennent surtout de Montréal et de l'Outaouais, monteront dans des autocars. Vers midi, ils seront massés au square Victoria et marcheront jusqu'à la place du Canada, au centre-ville.

Les directions des écoles de la dizaine de commissions scolaires touchées ont annoncé dans les derniers jours que les services de garde sont fermés aujourd'hui. Il n'y a pas de transport scolaire non plus. En conséquence, des milliers de parents doivent composer avec un plan B. Et le mot d'ordre auprès des syndicats est que «personne n'entre» dans les écoles.

Moins de 48 heures avant le déclenchement de la grève, Sylvain Mallette, président de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), a rencontré La Presse pour faire le point sur une soixantaine de réunions de négociations qui n'ont mené à rien. La FAE a reçu comme une douche froide la dernière offre patronale, la qualifiant «d'odieuse» la semaine dernière.

«Le gouvernement porte un regard méprisant, réducteur et machiste sur les enseignants, dénonce-t-il. Il agit comme s'il pouvait nous dire quoi faire, où, comment et quand le faire. Au Québec, l'école n'est pas importante. Couillard n'est obsédé que par l'austérité.»

M. Mallette ne fait pas de «cachettes»: il a le mandat d'obtenir de meilleures conditions de travail pour les enseignants, dans l'espoir de conserver de «bonnes conditions d'apprentissage». Ces meilleures conditions passent notamment par une demande d'augmentation salariale de 13,5% pour les trois prochaines années de la part de l'alliance syndicale (FAE et Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec).

«On veut de meilleures conditions de travail, on ne signera pas d'entente en deçà du contrat actuel. On ne signera pas quelque chose qui se traduit par une détérioration de nos conditions de travail.»

Ces nouvelles conditions, explique-t-il, passent par des tâches consacrées aux élèves, par les services aux élèves, par le maintien des classes spécialisées, mais aussi en préservant les ratios d'élèves par enseignant à tous les niveaux.

«Si les élèves n'ont pas accès à des conditions d'apprentissage minimales, c'est que nos conditions de travail ne seront pas optimales. C'est intimement lié l'un à l'autre. Dans le contexte où le gouvernement a décidé de faire de l'austérité sa ligne directrice, c'est l'avenir de l'école publique qui est l'enjeu principal. L'école publique est à la croisée des chemins. Elle ne peut plus continuer à poursuivre sa mission d'accueillir tous les élèves sans discrimination avec les compressions qu'on lui impose», estime le leader syndical.

Sur le nombre d'élèves par classe

M. Mallette a plusieurs exemples en tête. Il y a les centaines de postes de spécialistes abolis en raison des classes spécialisées fermées; il y a aussi les classes remplies au maximum de leur capacité. À ce chapitre, le gouvernement propose d'abolir les moyennes d'élèves par classe et de plafonner le maximum.

«Il n'y a rien de pédagogique dans la demande d'augmenter le nombre d'élèves par groupe, c'est purement économique. Ça permet aux commissions scolaires d'économiser des sommes colossales. On l'a calculé. Au Québec, la baisse par classe signifie à vue de nez 2000 enseignants de moins à un salaire annuel moyen de 56 000$. Par exemple, juste pour la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles, on a 700 groupes en dépassement malgré le contrat de travail actuel. Ils le savent sur papier que les classes sont trop remplies. Il faut arrêter de considérer l'éducation comme une dépense.»

Avec tous ces enjeux, le président salue le mouvement des chaînes humaines de parents devant les écoles qui a pris naissance dans les derniers mois. Une autre chaîne est d'ailleurs prévue demain partout dans la province.

«C'est la première fois qu'on ressent l'appui de la population dans une négociation, particulièrement des parents. C'est quelque chose de nouveau», dit le président de la FAE.

Liste des commissions scolaires touchées

  • Commission scolaire de Montréal
  • Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys
  • Commission scolaire de Laval
  • Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles
  • Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île
  • Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais
  • Commission scolaire des Draveurs
  • Commission scolaire au Coeur-des-Vallées
  • Commission scolaire du Val-des-Cerfs
  • Commission scolaire des Trois-Lacs

Proposition salariale de Québec

Le gouvernement propose aux enseignants de passer d'une semaine de travail de 32 heures à 40 heures, avec un gel salarial pour les deux prochaines années et une hausse de 1% par année pour les trois années subséquentes, conformément à la proposition du Conseil du trésor.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer