Collège de Maisonneuve: l'agenda sème la controverse

Le squelette d’un soldat dont les bras et... (PHOTO TIRÉE DE L'INTERNET)

Agrandir

Le squelette d’un soldat dont les bras et les jambes sont formés par un arsenal d’armes orne la page couverture de l'édition d'automne de l’agenda du Collège de Maisonneuve.

PHOTO TIRÉE DE L'INTERNET

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La distribution de l'agenda scolaire du Collège de Maisonneuve est suspendue jusqu'à nouvel ordre en raison de la controverse entourant son illustration. En page couverture de l'édition d'automne, on voit le squelette d'un soldat dont les bras et les jambes sont formés par un arsenal d'armes, dont une mitrailleuse kalachnikov, une grenade, une bombe, divers couteaux et des flèches.

Le squelette d’un soldat dont les bras et... (PHOTO TIRÉE DE L’INTERNET) - image 1.0

Agrandir

Le squelette d’un soldat dont les bras et les jambes sont formés par un arsenal d’armes orne la page couverture de l'édition d'automne de l’agenda du Collège de Maisonneuve.

PHOTO TIRÉE DE L’INTERNET

Au cours des derniers jours, plusieurs parents ont dénoncé la situation auprès de la direction du collège de la rue Sherbrooke, dans l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. À un point tel qu'une réunion est prévue dans les prochains jours pour décider du sort de la page couverture.

La responsable des relations avec les médias du collège, Lyne Légaré, a expliqué hier que la conception de l'agenda relève de l'association étudiante (SOGEECOM) et que le choix de l'illustration a été arrêté au printemps.

Elle a nuancé l'impact en soulignant le caractère « de paix » illustré au verso de l'agenda, sur lequel des notes de musique flottent au-dessus de la tête du soldat, avec des coeurs, des feuilles de laurier et une colombe de la paix en guise de bras et jambes.

Le Collège de Maisonneuve a défrayé la chronique, le printemps dernier, quand quatre de ses élèves, arrêtés à l'aéroport Montréal-Trudeau par la Gendarmerie royale du Canada (GRC), ont été soupçonnés d'avoir voulu gonfler les rangs des combattants djihadistes en Syrie. Cette opération de la GRC portait à plus d'une dizaine le nombre d'arrestations de jeunes fréquentant cet établissement pour des liens présumés avec des activités terroristes.

«Une critique de la guerre»

À la SOGEECOM, on a prévenu les médias, hier matin, qu'aucun entretien ne serait accordé au sujet du choix des illustrations. Dans un communiqué, l'association étudiante a souligné un peu plus tard que des « critiques sont émises » chaque année. Dans ce cas-ci, elle ajoute que l'agenda se veut « une critique de la guerre, et non un appel à la violence ».

« La couverture d'automne est une oeuvre d'art [...] symbolisant le fait que les armes détruisent l'humanité. Celle d'hiver représente la paix, le renouveau, et symbolise l'idée que nous sommes capables de mieux que la guerre. Les textes qui figurent dans l'agenda sont une réflexion sur le fléau que sont les conflits armés », a aussi écrit la SOGEECOM.

Peu de temps après les arrestations, en juin dernier, le premier ministre Philippe Couillard a déposé un projet de loi de lutte contre la radicalisation s'articulant autour de 59 mesures. Une dizaine de millions sont investis, notamment pour la mise en place d'une équipe intégrée de surveillance des réseaux sociaux à la Sûreté du Québec. Une ligne de prévention de la radicalisation a aussi été ouverte pour l'ensemble de la province.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer