FECQ: les cégeps peinent à maintenir leurs activités

Des gens du cégep de Sainte-Foy sont sortis... (Photo Patrice Laroche, archives Le Soleil)

Agrandir

Des gens du cégep de Sainte-Foy sont sortis dans la rue le 1er mai dernier pour dénoncer les coupures en éducation.

Photo Patrice Laroche, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Aux paroles et aux signaux d'alarme qui se multiplient depuis des mois, la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) a opposé dimanche des faits. Elle a fourni une liste concrète des impacts des compressions imposées par Québec aux cégeps.

Coupes dans l'entretien, suppression d'équipes sportives, réduction des services d'aide aux étudiants, diminution des heures d'ouverture des bibliothèques, abolition d'un journal étudiant : voilà quelques-uns des exemples fournis par la FECQ. Ces compressions touchent 11 établissements, autant dans les grands centres que dans les régions éloignées. 

« Les cégeps, menés à mal par les compressions historiques des dernières années, peinent à maintenir leurs activités à la grandeur du Québec », a souligné la FECQ. « Les administrations collégiales tentent de faire preuve d'ingéniosité pour limiter les conséquences pour l'étudiant, mais les répercussions restent tout de même inévitables. »

Réunis à Montréal pendant la fin de semaine, les délégués de la FECQ ont voté à l'unanimité pour commander une recherche afin d'analyser l'impact des réductions de service sur la persévérance scolaire et sur l'offre de services aux étudiants à la grandeur du réseau. 

« Dans une société du savoir comme la nôtre, nous ne pouvons que déplorer le désengagement et le manque de vision du gouvernement libéral à l'endroit de la génération montante en matière d'éducation », a déclaré le nouveau président de la Fédération, Antoine Côté. 

« Les services aux étudiants, en périphérie de la formation académique, sont garants de la réussite et de la persévérance scolaire, notamment pour les franges plus vulnérables de la population étudiante comme les étudiants en situation de handicap ou ceux provenant de milieux socioéconomiques défavorisés », a-t-il aussi avancé. 

Début mai, les directeurs généraux de 48 cégeps du Québec et les présidents de conseil d'administration ont adopté une résolution affirmant qu'ils ne parviennent plus à répondre aux exigences bureaucratiques du ministère à cause des compressions budgétaires répétées.

La copie de cette résolution a été transmise au ministre de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, François Blais.

Les dirigeants de cégeps affirment que depuis l'exercice 2011-2012, le réseau collégial a subi sept vagues de compressions de budget totalisant 155 millions de dollars. Le budget du ministre des Finances Carlos Leitao, déposé en mars, exige à lui seul des compressions de 21 millions aux cégeps.

Exemples fournis par la FECQ

Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue > 2013-2014 : Coupes de 800 000 $ 

- Abolition du journal étudiant et de la radio étudiante 

- Baisse dans les services socioculturels (abolition envisagée) 

- Coupes dans les services d'aide (travailleur social, besoins particuliers) 

- Coupes dans les services d'entretien 

- Fin de la Semaine du meilleur des mondes 

- Réduction des heures d'ouverture de la bibliothèque 

Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue > 2014-2015 : Coupes de 1,2 M$ 

 - Diminution des services de la travailleuse sociale

- Hausse de tarifs : stationnement, agenda désormais payant pour les enseignants, le fonctionnement des plateaux sportifs chargé pour tous les étudiants 

- Moins de documents à la papeterie 

- Partage des ressources entre l'UQAT et le cégep

- Partenariat avec Premières nations (poste maintenant partagé entre UQAT/cégep) 

- Fusion des différentes directions des campus de Val-d'Or, Rouyn et Amos 

- Retraite non comblée de la conseillère pédagogique 

- Suppression de deux postes à la bibliothèque 

Collège Rosemont > 2015-2016 : Coupes de 400 000$ 

- Abolition de six postes de cadres 

- Abolition de postes à la bibliothèque

- Ajout de tarifs pour les activités socioculturelles payantes (sauf pour l'improvisation et le théâtre)

- Ajout des tâches de la Direction des affaires étudiantes à la directrice générale 

- Baisse de financement dans les programmes 

- Coupes dans les heures d'ouverture hors cours de la bibliothèque 

- Coupes dans les services d'entretien 

- Hausse des frais de tout autres natures (à partir de janvier 2016) 

- Perte de l'équipe de soccer élite extérieure 

- Relocalisation du centre de multimédia 

- Suppression du poste de travailleur social 

Cégep de Sainte-Foy > 2015-2016 : prévision de déficit de 300 000 $ 

- Abandon de la réfection de la piscine

- Augmentation de divers frais

- Diminution de 80 jours par année de service d'Aide pédagogique individuelle 

- Diminution de l'offre de services de dépannage informatique 

- Non-remplacement des congés pour le personnel professionnel 

- Ralentissement des services de reprographie ralentie (recours aux employés surnuméraires) 

- Réduction des heures d'ouverture de la bibliothèque 

- Réduction des services au foyer des technologies 

- Réduction des budgets des départements enseignants (notamment pour le perfectionnement des professeurs) 

-  Suppression de 30 postes (5 postes entretien ménager, 2 cadres, 1 conseiller pédagogique, 1 éducatrice spécialisée + personnel de soutien) 

- Suppression du soutien du département des langues

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer