Des enseignants dénoncent des pressions pour gonfler les notes des élèves

Le syndicat des enseignants de Laval accuse la Commission scolaire de Laval -... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Le syndicat des enseignants de Laval accuse la Commission scolaire de Laval - et par ricochet le ministère de l'Éducation, jugé complice de la manoeuvre - d'inciter les enseignants à hausser artificiellement les notes des élèves pour leur faire obtenir la note magique de 60% et ainsi éliminer 12 classes spécialisées au primaire, à la rentrée.

Il y a quelques jours, la Commission scolaire de Laval a envoyé un communiqué pour dire que le taux de réussite connaissait une telle augmentation au primaire que le nombre de ses classes spécialisées allait diminuer, et ce, sans que cela ait quoi que ce soit à voir avec les coupes de 13 millions à pratiquer.

Pour le syndicat de l'enseignement de la région de Laval, c'est de la poudre aux yeux. La réalité, dit Frédéric Sauvé, premier vice-président du syndicat, c'est que le recours au «bulletin modifié» est anormalement élargi pour faire en sorte que l'élève réussisse à tout prix, du moins en théorie. 

«À l'origine, les bulletins modifiés s'adressaient aux seuls enfants handicapés dont on savait bien qu'ils ne pouvaient pas répondre aux exigences du programme. Le problème, c'est qu'on étend maintenant ces bulletins aux exigences abaissées à des enfants qui ont un retard scolaire et qui, autrefois, auraient simplement échoué ou redoublé ou qui auraient été dirigés vers une classe spécialisée.»

Ces enfants qui reçoivent un «bulletin modifié» passent d'une année à l'autre suivant des attentes à la baisse. Les enseignants les retrouveront par exemple dans leur classe régulière en 5e année du primaire, alors que leur niveau correspond à la 3e année.

«Il y a une dérive, on se dirige vers un nivellement par le bas», dénonce M. Sauvé.

Admission resserrée 

Les parents croient à tort que tout va bien, que leurs enfants réussissent. Ils passent d'une année à l'autre, disparaissent des statistiques sur les élèves en difficulté d'apprentissage. Mais quand arrivent les examens du Ministère, des années plus tard, impossible de faire l'autruche: «Les élèves ne les réussissent pas», dit Manon Lafrance, conseillère syndicale.

En outre, explique André Arsenault, responsable du dossier des élèves en difficulté, l'entonnoir se resserre à tel point que presque plus personne ne sera admis en classe spécialisée. 

La vieille règle du ministère de l'Éducation jamais suivie jusqu'ici - selon laquelle tout élève devra avoir été suivi six mois en orthophonie pour avoir accès à une classe spécialisée - est désormais mise en application, à quoi s'ajoute une série d'autres exigences consignées dans 20 pages d'un formulaire que les enseignants doivent remplir, explique-t-il.

Et c'est bien en vain qu'ils s'y astreignent, selon lui. «Les enseignants se font dire que la Commission scolaire n'a plus les budgets pour ces classes.»

Redéploiement des ressources

La Commission scolaire de Laval, qui soutient sur son site internet qu'elle ne fait que procéder à un «redéploiement des ressources», n'a pas donné suite à nos appels. 

Notons qu'elle conteste cependant une décision du ministère de l'Éducation qui entend lui retirer son financement qu'elle aurait touché à tort, selon lui, pour 70 enfants dysphasiques.

Au ministère de l'Éducation, Julie White, attachée de presse du ministre François Blais, affirme qu'il revient à la Commission scolaire de Laval, comme aux autres, de déterminer les besoins de ses élèves.

Quant au bulletin, Mme White signale qu'il existe un comité de suivi du bulletin auquel siègent différents partenaires de l'éducation, y compris des représentants syndicaux. «À ce jour, ce comité n'a demandé aucune modification au bulletin.»

Coupes: «C'est comme interrompre la vaccination»

Les coupes en éducation, qui touchent surtout les élèves en difficulté, « c'est comme si, pendant trois ans, le gouvernement décidait d'interrompre les campagnes de vaccination », dénonce Égide Royer, professeur en adaptation scolaire à l'Université Laval.

La classe spécialisée, utile dans certains cas, n'est pas une panacée, précise-t-il. Mais ce qui est sûr, « c'est que tous ces élèves en difficulté qu'on aura cessé d'identifier se retrouveront de plus en plus en classe ordinaire, sans aucune aide spécialisée », dit-il.

Les conventions collectives protègent les ratios enseignant/élèves, rappelle-t-il. En cette période d'austérité, ce sont donc les orthophonistes, les orthopédagogues, les techniciens spécialisés et tous ceux qui oeuvrent auprès des élèves en difficulté qui sont les premiers à voir leurs postes supprimés. « Le jeune de 15 ans en sport-études qui réussit bien à l'école, il n'est pas touché. Mais le petit gars de 8 ans qui n'arrive pas à lire, lui, son avenir sera hypothéqué pour le reste de ses jours. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer