UQAM: le C.A. dit non à une prolongation du trimestre

Le C.A. souligne que prolonger le trimestre implique... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le C.A. souligne que prolonger le trimestre implique des coûts supplémentaires, alors que sa situation financière est «exigeante».

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le conseil d'administration de l'UQAM refuse de prolonger le trimestre d'hiver pour les programmes touchés par la grève. Le trimestre se terminera au plus tard le 3 mai comme prévu, comme le souhaitait le recteur Robert Proulx.

Le C.A. demande à la commission des études d'établir des «mesures de validation de la session» pour les cours concernés. Comme La Presse l'a indiqué hier, le recteur a l'intention de suggérer des modalités pour éviter que les étudiants se voient attribuer «systématiquement» la mention «incomplet».

Dans un communiqué diffusé à la suite d'une réunion hier soir, le C.A. rappelle que quatre des sept facultés de l'UQAM ne font pas l'objet d'une grève ni de levées de cours, ce qui représente environ les trois quarts de ses étudiants. «La décision du conseil d'administration repose sur le souci d'éviter les impacts négatifs d'une prolongation du trimestre pour ces étudiants, tout en permettant que des ajustements puissent être apportés pour ceux dont les activités sont perturbées», affirme-t-il. Ces «ajustements» seront déterminés par la commission des études.

Or, cette dernière - où siègent majoritairement des professeurs, des chargés de cours et des étudiants - avait recommandé au C.A. de prolonger le trimestre jusqu'au 19 juin, à l'issue d'un vote serré mardi (8 contre 7). Le vote avait eu lieu en l'absence du recteur, qui est membre d'office de cette commission: sous pression depuis des semaines, il avait dû quitter la réunion en raison d'un malaise, selon deux sources sûres. Sa proposition de maintenir le calendrier tel quel avait été battue de justesse. Professeurs, chargés de cours et étudiants étaient au départ favorables à sa proposition moyennant quelques amendements, selon une source qui a pris part aux délibérations. Mais au retour du dîner, les représentants des étudiants avaient fait volte-face et avaient plaidé que le trimestre devait être prolongé jusqu'au 19 juin. C'est finalement ce qui avait été retenu.

Casse-tête

Mais une telle mesure aurait été un véritable casse-tête, a tranché le C.A., qui a la responsabilité d'adopter le calendrier. Il fait mention de «nombreuses contraintes administratives et fonctionnelles», entre autres concernant les étudiants étrangers et l'aide financière aux études. Le trimestre d'hiver aurait chevauché celui d'été. Autre facteur qui a pesé lourd dans la balance: prolonger la session aurait entraîné des coûts supplémentaires. Or, le gouvernement Couillard a encore répété hier qu'il ne finance pas une reprise des cours. Et l'UQAM n'a pas les moyens d'éponger la facture: elle est dans le rouge, ou plutôt dans une «situation financière exigeante», pour reprendre les termes du C.A.

«C'est en prenant appui sur la responsabilité de l'Université d'assurer à l'ensemble de ses étudiants une formation de qualité et de prendre tous les moyens pour attester de la qualité de cette formation que le conseil d'administration, instance qui adopte le calendrier universitaire, a pris la décision de le maintenir», peut-on lire dans le communiqué.

Les «mesures de validation de la session» pourraient reprendre le plan prévu par la direction. Comme l'expliquait à La Presse mercredi la porte-parole de l'UQAM, Jenny Desrochers, Robert Proulx propose des «modalités» pour «ne pas faire échouer systématiquement les étudiants». Il y aurait «possibilité pour les responsables du groupe-cours de reprendre contact avec les étudiants inscrits pour convenir de prestation, de terminer le trimestre et d'atteindre les objectifs de formation», disait-elle. «On s'en remettrait aux professeurs et aux chargés de cours pour déterminer s'il est possible de compléter la formation, et à quelles conditions. Il n'y aurait pas de cours magistraux au-delà du 21 avril [dans la plupart des programmes] afin de respecter le calendrier, mais des travaux à faire à la maison pourraient être demandés», évoquait Mme Desrochers.

Sachant qu'une grève se préparait, plusieurs professeurs et chargés de cours avaient exigé davantage de travaux et fait plus d'évaluations en début de trimestre. Mais faute de directives claires de la direction, la confusion est grande sur la gestion du trimestre. Dans les programmes touchés, en arts et en sciences humaines, des cours sont donnés - mais pas nécessairement en la présence de tous les étudiants -, d'autres cours ne le sont pas ou sont perturbés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer