Trimestre en péril à l'UQAM?

La direction a essuyé une rebuffade après qu'un... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

La direction a essuyé une rebuffade après qu'un comité eut rejeté sa proposition visant à maintenir le calendrier tel quel et à terminer la session mardi prochain.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un conflit déchire l'UQAM sur le sort du trimestre d'hiver pour les programmes touchés par la grève. La confusion est totale, à l'approche de la date fatidique du 21 avril, jour prévu de la fin des cours.

La direction a essuyé une rebuffade après qu'un comité eut rejeté sa proposition visant à maintenir le calendrier tel quel et à terminer la session mardi prochain. Le comité recommande plutôt de prolonger la session jusqu'au 19 juin. Le conseil d'administration devra trancher de toute urgence. «Il y aura un clash», prévoit-on en haut lieu.

Ce nouvel épisode illustre que, malgré les appels au calme et à la solidarité, la zizanie se poursuit au sein de l'établissement montréalais.

Lundi, le recteur de l'UQAM, Robert Proulx, a convoqué les doyens et les directeurs de la trentaine de départements de l'université - qui sont aussi professeurs - pour discuter des modalités de la reprise des cours lorsque la grève aura pris fin. Rappelons qu'environ 10 000 des 44 000 étudiants de l'UQAM, ceux en arts et en sciences humaines, sont touchés par la grève. Le débrayage a commencé le 21 mars.

Malgré tout, en arts comme en sciences humaines, «des profs donnent des cours, et il y a en beaucoup. D'autres n'en donnent pas. D'autres cours sont perturbés et sont levés», souligne une porte-parole de l'UQAM, Jenny Desrochers. Mais tous les étudiants ne sont pas présents dans les salles. La confusion est grande au sein de l'établissement sur le sort du trimestre, a-t-on constaté auprès de diverses sources.

Lors de la rencontre, le recteur a défendu sa position, c'est-à-dire que le trimestre devra prendre fin comme prévu le 21 avril. En théorie, une telle position signifie que les étudiants qui n'ont pas assisté à leurs cours se voient attribuer la mention «incomplet» dès mardi prochain. Mais Robert Proulx a prévu des «modalités» pour «ne pas faire échouer systématiquement les étudiants», selon Jenny Desrochers. «Il y avait une possibilité pour les responsables du groupe-cours de reprendre contact avec les étudiants inscrits pour convenir de prestations, de terminer le trimestre et d'atteindre les objectifs de formation.» L'idée est de s'en remettre aux professeurs et aux chargés de cours pour déterminer à quelles conditions il serait possible pour les étudiants concernés de compléter la formation sans cours magistraux au-delà du 21 avril. L'UQAM évoque la possibilité de donner des travaux à faire à la maison, par exemple.

Lors de la rencontre, des voix se sont élevées pour s'opposer à cette stratégie. Mais au terme des discussions, «ils ont convenu que ce qui avait été proposé était acceptable», selon Mme Desrochers.

Mardi, le recteur s'était présenté avec cette proposition devant la commission des études de l'UQAM où il siège d'office en compagnie de deux vice-recteurs. Cette commission est chargée de faire des recommandations au conseil d'administration sur différents enjeux, dont le calendrier. La majorité des membres de cette commission est composée de représentants des professeurs (7), des chargés de cours (3), du personnel de soutien (2) et des étudiants (7).

La proposition du recteur a été battue. La commission des études a déterminé que le trimestre doit être prolongé jusqu'au 19 juin.

C'est précisément ce que veut éviter le recteur. Prolonger le calendrier, c'est aussi prolonger les contrats de travail, une facture supplémentaire pour cette université qui est déjà dans le rouge. Autre casse-tête pour la direction: le trimestre d'hiver chevaucherait celui d'été, qui se déroule du 4 mai au 23 juin.

Dans sa recommandation, la commission des études a également énoncé les modalités d'un retour en classe. Elle demande par exemple que pour chaque cours, une entente d'évaluation, portant entre autres «sur le nombre et les échéances des évaluations [...], soit adoptée par la majorité des étudiants présents». On y prévoit également une nouvelle «période d'abandon»: un étudiant pourrait laisser tomber son cours «sans mention d'échec», mais «avec facturation», du 1er au 5 juin.

Le conseil d'administration se réunira très bientôt pour se prononcer sur cette recommandation. Plus tôt cette semaine, sa présidente, Lise Bissonnette, avait donné son appui «sans réserve» au recteur Robert Proulx dans sa gestion de la crise.

Les associations étudiantes attendent la décision avec impatience, soulignant que les membres externes et la haute direction sont majoritaires au C.A. À en juger par leur ton, l'enjeu est crucial. «Le conseil d'administration infirmera-t-il la décision prise en collégialité par la commission des études? La haute direction sera-t-elle de nouveau autoritaire? Le conseil d'administration jettera-t-il de l'huile sur le feu?», se demande l'Association facultaire des étudiants des arts.

Le C.A. de l'UQAM

Le conseil d'administration est composé du recteur, de deux vice-recteurs, de trois professeurs, de deux étudiants (un poste est vacant), d'un chargé de cours, d'un membre provenant des cégeps, de cinq personnes des milieux sociaux, culturels, des affaires et du travail (un poste est vacant) et d'un représentant des diplômés.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer