Cégep du Vieux Montréal: le SPVM réticent à intervenir

Les étudiants du Cégep du Vieux Montréal tiendront... (PHOTO SÉBASTIEN PEDRAGLIO, LA PRESSE)

Agrandir

Les étudiants du Cégep du Vieux Montréal tiendront une assemblée générale mercredi pour statuer sur la poursuite ou l'arrêt de leur moyen de pression. Une assemblée s'est tenue vendredi, mais aucun vote n'a au lieu sur cette question.

PHOTO SÉBASTIEN PEDRAGLIO, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) est «réticent» à intervenir au Cégep du Vieux Montréal pour assurer la tenue des cours malgré la grève, soutient la directrice générale de ce collège.

Dans une entrevue accordée à La Presse lundi, Murielle Lanciault a relaté les discussions qu'elle a eues avec le SPVM au sujet du débrayage en cours depuis le 23 mars.

Le cégep a envisagé l'idée d'emboîter le pas à l'UQAM et de demander une injonction à la cour dans l'espoir d'assurer la tenue des cours. Elle a alors demandé l'avis du SPVM. «On a eu des échanges avec les policiers pour leur demander: est-ce que vous accepteriez d'ouvrir le collège s'il y avait une injonction? Et ils ont beaucoup de réticences», a-t-elle affirmé.

Les policiers «sont inconfortables parce que ç'a déjà été tenté dans différents établissements et ça n'a pas permis de tenir les cours, a-t-elle ajouté. C'est une intervention qui nécessite beaucoup d'effectifs, qui peut être perçue assez négativement, et qui en plus ne produit pas le résultat escompté».

Le commandant et porte-parole du Service de police de la ville de Montréal (SPVM), Ian Lafrenière, ne nie pas les propos avancés par la directrice générale. «On va répondre aux demandes d'assistance que l'on a. Mais les policiers ne peuvent pas faire appliquer une injonction civile», indique-t-il. Il ajoute que les policiers doivent respecter le cadre légal de cette injonction.

À l'UQAM, le recteur Robert Proulx a demandé l'intervention du SPVM la semaine dernière en vertu d'une injonction, ce qui a mené à 22 arrestations. Le SPVM a dû faire face à des manifestants hostiles et des policiers se sont retrouvés encerclés lors de ces opérations.

Le Cégep du Vieux Montréal, lui, a finalement écarté le recours à une injonction, une option qui lui paraissait de toute façon inefficace.

«Ce qu'on a observé depuis 2012, c'est que dans tous les établissements où il y a eu demande d'injonction, ça n'a jamais fonctionné. Les cours n'ont jamais pu se tenir», a soutenu Murielle Lanciault. Elle a ajouté que les établissements ont la responsabilité d'assurer la sécurité du personnel. Forcer la tenue des cours risquerait de la compromettre, selon elle. Aucun acte de vandalisme n'a été perpétré contre le cégep jusqu'ici et le personnel administratif a accès aux bureaux.

Comme la Fédération des cégeps et le recteur de l'UQAM Robert Proulx, Murielle Lanciault demande au gouvernement Couillard de reconnaître et d'encadrer le droit de grève des étudiants. Or, le ministre de l'Éducation François Blais refuse d'intervenir, car il ne croit pas à l'existence de ce droit. Il a toutefois dit, du bout des lèvres, qu'«éventuellement, il faudrait qu'il y ait une discussion là-dessus».

La légitimité du dernier vote en faveur de la grève au Cégep du Vieux Montréal a été remise en question. Lors d'une assemblée qui a duré six heures, les élèves ont reconduit la grève générale illimitée à l'issue d'un troisième vote. Or, la grève avait été rejetée lors des deux votes précédents. Chaque fois, le verdict a été contesté et un recomptage a été demandé jusqu'au vote en faveur du débrayage. Le tout s'est produit même si la directrice avait demandé à l'association de tenir l'assemblée dans le «respect des règles» et sans «intimidation».

«En vertu de la loi 32, les associations étudiantes ont une certaine légitimité et une autonomie dans l'organisation de leurs activités. Tant que le vote ne sera pas inclus dans la loi 32 pour baliser des modalités, c'est extrêmement difficile pour nous d'intervenir», a dit Murielle Lanciault.

- Avec Jasmin Lavoie

***

Les carrés verts en furie

«La Fondation 1625 encourage madame Murielle Lanciault à démissionner et céder sa place à quelqu'un qui a à coeur la réussite scolaire et professionnelle des étudiants. Madame Lanciault devrait avoir honte de tenter de tromper la population [sur l'efficacité des injonctions]. Elle sait que lorsque les étudiants assiègent son Cégep, ils agissent dans l'illégalité. 

Pourtant, est-ce que la sécurité est intervenue pour mettre fin au piquet de grève une seule fois lors de ces trois dernières semaines? La réponse est non, tout ce qu'elle fait c'est de faire peser le poids des conséquences de son manque de jugement sur les étudiants qui ont placé leur confiance en elle le jour où ils se sont inscrits au Cégep.

»

Jean-François Morasse
associé de la Fondation 1625

82
C'est le nombre de jours que doit durer un trimestre, selon le calendrier strict des cégeps. Quarante jours ont été faits au Vieux Montréal avant le déclenchement de la grève. Il reste donc 42 jours.
1,2
millions
Ce sont les compressions que le gouvernement Couillard impose au Cégep du Vieux Montréal pour 2015-2016. Au total, les 48 cégeps font face à des coupes de 40 millions.

Les cours repris en août si la grève se prolonge

Les élèves du Cégep du Vieux Montréal devront reprendre des cours en août si la grève se poursuit au-delà du 15 avril, prévient Murielle Lanciault.

Ces élèves tiendront une assemblée générale demain pour statuer sur la poursuite ou l'arrêt de leur moyen de pression. «La situation est extrêmement préoccupante», estime Mme Lanciault. Le trimestre d'hiver risque maintenant d'être complété au début de septembre seulement dans l'éventualité où les élèves prolongent la grève.

«On arrêterait les cours à la date où les enseignants doivent quitter pour leurs vacances [le 16 juin, selon les conventions collectives], et on devrait reprendre les cours au mois d'août prochain pour terminer la session. Ça complique les choses pour les finissants, autant pour ceux qui veulent entrer sur le marché du travail que pour ceux qui souhaitent aller à l'université», a expliqué la directrice générale. Québec a déjà fait savoir qu'il ne financera pas la reprise des cours. Le cégep devra donc payer la note. Or, en raison des compressions imposées par le gouvernement, la directrice générale prévoit déjà un déficit pour 2015-2016, une première depuis au moins une décennie.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer