UQAM: quand le militantisme tourne à l'intimidation

C'est aujourd'hui que doit commencer à l'UQAM la... (Photo: Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

C'est aujourd'hui que doit commencer à l'UQAM la grève étudiante de deux semaines pour lutter contre les mesures d'austérité du gouvernement Couillard.

Photo: Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Militants pour la grève générale. Militants contre des associations étudiantes. Intimidation. Cri du coeur des professeurs. Pourquoi l'UQAM vit des temps mouvementés? Profs et étudiants font part d'un profond malaise qui persiste.

En 2012, des militants encagoulés ont passé la porte au début d'un cours, l'un à la suite de l'autre, une vingtaine en tout. Ils avaient apporté des casseroles. Ils n'étaient pas là pour faire une blague ou pour une initiation.

«Ils ont fait un vacarme d'enfer, explique le chargé de cours qui donnait sa présentation devant une trentaine d'étudiants ce jour-là et qui demande à garder l'anonymat. Il y en a un qui a commencé à prendre mon ordinateur. Un autre m'a demandé de sortir. Je lui ai dit: "Je veux bien te parler, mais tu dois d'abord enlever ta cagoule". Il m'a répondu: "OK, je vais l'enlever, mais on va dans le corridor".»

Dans un corridor désert du pavillon Président-Kennedy, le «paquebot» de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), près de la Place des Arts, le militant a lancé un ultimatum: «Il faut que vous sortiez, sinon on vous sort.»

«J'ai répondu que je n'avais pas envie de me battre», explique le chargé de cours. Il est rentré dans la classe pour demander à ses étudiants de partir.

Il ajoute aujourd'hui: «Je ne crois pas qu'on en serait venus aux coups... D'un autre côté, je ne sais pas ce qu'ils auraient fait si j'avais dit: "Non, on ne sort pas".»

Un point saillant

L'incident est survenu après les mois de grèves et de manifestations historiques du printemps érable. Rapporté en détail ici pour la première fois, il est l'un des points saillants de ce que 13 professeurs et près de 400 étudiants ont récemment dénoncé dans des pétitions et des lettres ouvertes comme étant un climat d'intimidation et de perturbation à l'UQAM, surtout dans le pavillon Hubert-Aquin, le pavillon des sciences humaines.

Après des années de travail à l'université, le chargé de cours victime d'intimidation n'avait jamais vécu une telle situation d'agressivité. Son cours n'était pas soumis à l'ordre de levée de cours en vigueur à la rentrée 2012, car il concernait les stages, explique-t-il.

«Mon impression, c'est que la direction laisse un peu les choses aller, pour que ça n'empire pas. Sauf que je suis à peu près convaincu que c'est un groupuscule qui fait ce genre d'actions, qui mène le bal.»

Même en cette période de tensions, les intrusions de commandos encagoulés dans les classes sont loin d'être courantes à l'UQAM. Des médias ont récemment parlé de «champ de bataille» à l'université, description qui parvient à dénaturer à la fois les champs de bataille et l'université.

Dans le pavillon Hubert-Aquin, ces jours-ci, on croise surtout des étudiants réunis en grappe autour de leurs ordinateurs portables. Au café étudiant Salon G, les clients sont invités à faire un choix entre 14 carafes de café filtre et la seule affiche revendicatrice en vue est un panonceau interdisant de faire chauffer du poisson dans le four à micro-ondes.

D'autres signes montrent que l'université a déjà connu des heures plus calmes. Près des portes rotatives qui donnent dans le métro Berri-UQAM, un gardien de sécurité privé de Garda passe les heures, debout, à toiser les gens qui entrent. Le mois dernier, des militants ont frappé dans les portes et les fenêtres des bureaux du personnel de l'université. Une vitre a été brisée, sous les regards d'employés apeurés.

«Il n'y a pas de violence contre des personnes à l'université, mais il y a de l'intimidation. Il y a des gens qui ont été éjectés de groupes d'étude à cause de leurs opinions», affirme Alexandre Luiggi, étudiant en droit et l'un des rares qui acceptent de s'exprimer sur ce sujet sensible.

«Dans les toilettes, pendant l'Assemblée générale, un étudiant s'est fait dire: "Maintenant, ce serait bien si tu arrêtais de parler au micro"», ajoute-t-il.

Cause des plus récentes tensions: la grève de deux semaines qui doit débuter aujourd'hui pour lutter contre les mesures d'austérité du gouvernement Couillard, qui avait été votée notamment par l'Association facultaire étudiante des sciences humaines (AFESH) et l'Association facultaire étudiante de science politique et droit de l'UQAM (AFESPED). La grève doit réunir plus de 37 000 étudiants des collèges et des universités.

Domination des assemblées

À l'UQAM, des étudiants accusent un noyau militant de ces associations d'avoir dominé les débats en assemblée, déclenchant la grève controversée. L'AFESPED est d'ailleurs plongée dans le chaos depuis vendredi dernier, alors que les membres ont voté à 52% pour se désolidariser de leur propre association, du jamais vu.

«Les militants pro-grève nous disaient: "Peu importe si ça donne des résultats ou non, on descend dans la rue, car c'est tout ce qu'on peut faire". Si tu es contre, on te traite de "capitaliste de droite". Ces gens-là ne sont plus des étudiants: ce sont des croyants», dit l'un d'entre eux.

Un étudiant à la maîtrise en science politique, qui a demandé à garder l'anonymat, est contre cette interprétation.

«On dit toujours que les étudiants qui votent sont pro-grève, mais il y a des centaines et des centaines d'étudiants qui ne sont pas allés voter qui sont eux aussi en faveur de la grève», dit-il.

Il explique avoir pris part à des assemblées générales où à peine deux ou trois étudiants étaient contre la grève. «Et ils ont été entendus. J'étais même surpris de voir ça», dit-il, ajoutant que «les deux côtés ont fait des coups bas», incluant selon lui le déclenchement d'un vote sur la légitimité des associations étudiantes.

Au siège commun de l'AFESH et de l'AFESPED, on s'affaire ces jours-ci à préparer la grève.

Un membre nous informe qu'aucun porte-parole n'est disponible. «Il faudrait élire un porte-parole en assemblée générale, mais ça irait sans doute au-delà de votre heure de tombée», s'est-on vu répondre.

Julien Bauer, professeur au département de science politique dont les opinions pro-Israël lui ont valu d'être ciblé par des étudiants militants, remarque que, dans les années 70, les militants de gauche étaient beaucoup plus nombreux qu'aujourd'hui à l'UQAM.

«Aujourd'hui, les militants sont plus anarchiques. L'idée, c'est que la pagaille, c'est bon en soi, et que tous ceux qui ne pensent pas comme moi, on va mettre des graffitis sur leur porte, on va les insulter, les intimider», laisse entendre M. Bauer.

Le professeur a vu sa porte de bureau vandalisée deux fois récemment, dont une fois avec des graffitis antisémites. Il est l'un des 13 professeurs signataires de la lettre envoyée en février au Devoir dénonçant le «harcèlement et l'intimidation» à l'université.

«Des gens à l'intérieur de l'UQAM nous disent: "Vous n'auriez pas dû signer la lettre, car cela fait une tempête pour un problème causé par une poignée d'étudiants". Notre réponse, c'est qu'il y a un moment où il faut dire : "On a atteint une limite".»

M. Bauer déplore toutefois que les médias ne semblent s'intéresser à l'UQAM que lorsque des tensions explosent.

«Sur 40 000 étudiants, il y a 50 zouaves qui arrivent masqués et qui flanquent la pagaille, et là, tadam! , on est à la une des journaux... Les 39 950 autres, on n'en entend jamais parler.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer