Pas de manque à gagner à l'UQAM, selon le syndicat des professeurs

Par quatre résolutions adoptées lundi soir en réunion... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Par quatre résolutions adoptées lundi soir en réunion extraordinaire, le syndicat des professeurs de l'UQAM (SPUQ), critique le recteur Robert Proulx et il déclare « avoir perdu toute confiance » en lui.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Il n'y a pas de manque à gagner de 20 millions à l'UQAM pour 2015-2016, selon son syndicat des professeurs, qui accuse l'administration d'amplifier de manière « tendancieuse » l'ampleur de ses difficultés financières tout en privilégiant « systématiquement les projets immobiliers au détriment de l'enseignement ».

Par quatre résolutions adoptées lundi soir en réunion extraordinaire, le syndicat des professeurs de l'UQAM (SPUQ), critique le recteur Robert Proulx et il déclare « avoir perdu toute confiance » en lui.

Des projets de convention collective du syndicat des professeurs de l'UQAM ont été déposés en juin et en septembre.

Depuis, le syndicat estime que la stratégie patronale de négociation consiste à avancer des « hypothèses de compressions fondées sur des prévisions budgétaires systématiquement pessimistes plutôt que sur des états financiers vérifiés », peut-on lire dans les résolutions.

« Il y a absence systématique de prise en compte de l'importance des écarts entre les prévisions budgétaires et les états financiers », dénonce encore le syndicat, qui s'appuie sur une révision de tous les chiffres qu'il a demandée à l'un de ses professeurs de finances et au directeur du département de sciences comptables.

Au coeur du problème, selon le syndicat : les sommes récurrentes détournées du fonds de fonctionnement de l'UQAM vers le fonds des immobilisations, ce qui met à mal les conditions de travail et d'études à l'UQAM.

En entrevue, Michèle Nevert, présidente du SPUQ, fait remarquer qu'on n'est pas du tout ici en présence de malversations ou d'un scandale immobilier comme celui de l'îlot Voyageur.

On n'est pas davantage dans une situation où l'UQAM se retrouve avec un manque à gagner de 20 millions, dit Mme Nevert.

Le problème, aux yeux du syndicat, c'est que l'administration va sans cesse puiser de l'argent dans son fonds de fonctionnement pour des dépenses qui ne devraient pas être de son ressort ou qui ne sont pas appropriées.

À titre d'exemple, Mme Nevert cite la réfection du clocher de l'UQAM, une restauration patrimoniale de 15 millions que l'UQAM ne devrait pas prendre à son compte, mais faire assumer par la Ville de Montréal ou le gouvernement du Québec.

Mme Nevert parle aussi d'un projet de filage informatique de 25 millions qui ne semble pas du tout prioritaire aux membres du SPUQ.

Selon Mme Nevert, la direction de l'UQAM serait bien avisée d'utiliser plutôt ces crédits pour améliorer le ratio professeurs/étudiants et tout ce qui a trait à l'enseignement.

Dans l'une de ses résolutions, le SPUQ demande maintenant au conseil d'administration de bloquer « les sommes mises en réserve dans le fonds des immobilisations qui ne sont pas engagées par contrat ».

Aux directeurs de département et de programmes, de même qu'aux vice-doyens, le syndicat demande aussi « de refuser toute compression budgétaire à incidence académique ou touchant les conditions de travail ».

À l'UQAM, le service des communications a fait savoir que l'on prenait acte des résolutions, mais que le recteur Robert Proulx ne ferait pas de commentaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer