Garderie: un couple utilise un prête-nom pour obtenir une subvention

De nombreux intervenants ont fait valoir en commission... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

De nombreux intervenants ont fait valoir en commission parlementaire que le problème des places fantômes était dû au manque de flexibilité du réseau et non à une forme d'abus de la part des parents.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un couple de la Rive-Sud qui possède quelques garderies a fait appel à un prête-nom afin de toucher des subventions gouvernementales auxquelles il n'avait pas droit, a révélé Radio-Canada hier.

Ji Dao Xiao et Long Yang ont demandé à ShiJing Gao d'agir comme propriétaire légal de la garderie Les Jardins de Leckie, à Saint-Hubert, en échange de plusieurs milliers de dollars.

L'homme, qui a révélé avoir signé un contrat de prête-nom, a ainsi permis au couple d'obtenir des subventions pour la garderie, qui n'y était pas admissible. Depuis 2010, une personne ou une famille ne peut obtenir de subventions du ministère de la Famille si elle possède plus de 300 places en garderie.

Le couple formé par Ji Dao Xiao et Long Yang est propriétaire de trois garderies en Montérégie offrant en tout 240 places subventionnées. Leur garderie de Saint-Hubert contient 76 places. En comptabilisant celles-ci, on arrive à 316 places, ce qui aurait donc entraîné l'annulation de leur subvention.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer