La CSDM perdra 40% de ses élèves

La Commission scolaire de Montréal perdra ses élèves... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La Commission scolaire de Montréal perdra ses élèves au profit de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) perdra 40% de ses élèves au profit de sa voisine, la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.

Si le gouvernement Couillard n'entend pas faire de fusions de commissions scolaires à Montréal, le redécoupage territorial est important. La CSDM perdra ainsi ses écoles d'Ahuntsic, de Cartierville, de Côte-des-Neiges, de Notre-Dame-de-Grâce, de Westmount et du Sud-Ouest.

«Je m'interroge sur les tractations politiques qui ont mené à cette nouvelle carte», a lancé en entrevue téléphonique hier Catherine Harel-Bourdon, présidente de la CSDM, sans préciser davantage sa pensée.

Elle se demande aussi si le refus de la CSDM de mettre en oeuvre la totalité des coupes exigées par le gouvernement Couillard, cet été, est lié au redécoupage scolaire. En septembre, le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, avait répliqué illico à ce refus par l'annonce d'une vérification extraordinaire des livres de la CSDM.

48 000 élèves en moins

Avec cette nouvelle carte scolaire, la CSDM passera donc de 112 000 élèves à 64 000 et la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, avec près de 50 000 élèves de plus, atteindra les 91 000 élèves.

«C'est la grenouille qui va avaler le boeuf», résume Mme Harel-Bourdon, extrêmement déçue.

Les présidentes des deux commissions scolaires ne se sont pas encore parlé.

À la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, on n'a voulu émettre aucun commentaire à ce sujet pour l'instant.

Une onde de choc partout

À Québec, le nombre de commissions scolaires passera de cinq à deux. De nombreuses commissions scolaires seront aussi fusionnées en région.

Partout, c'est le choc.

La Gaspésie se retrouve quant à elle avec une seule grande commission scolaire, qui couvrira environ 630 kilomètres.

Jean Couture, président de la commission scolaire René-Lévesque, n'y comprend rien du tout. «J'ai vraiment de la difficulté à voir où il y aura des économies là-dedans.»

À son avis, cette fusion, en Gaspésie, est carrément «irréaliste, infaisable».

Les commissions scolaires feront connaître officiellement leur réponse au scénario soumis par le gouvernement Couillard au début du mois de décembre. Mais il est clair, selon Josée Bouchard, présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec, que l'enthousiasme n'y est pas.

Au contraire, les élus sont «blessés» par le grand chambardement annoncé par le ministre quelques semaines à peine après les élections scolaires, a-t-elle fait valoir.

«Les gens ne sont pas surpris du projet de fusions, mais ce qui les inquiète, c'est la perte de services pour les élèves, c'est aussi la qualité de travail qui va diminuer et faire en sorte que notre personnel devra parcourir de grands territoires pour aller donner des services aux élèves», a-t-elle déclaré.

- Avec La Presse Canadienne

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer