Une école publique de moins en moins gratuite

La commission scolaire des Grandes-Seigneuries exige des parents... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

La commission scolaire des Grandes-Seigneuries exige des parents 100 $ par enfant pour la surveillance des dîners, que l'élève mange à l'école ou pas.

Photo Olivier Jean, La Presse

Louise Leduc
La Presse

En contravention de la Loi sur l'instruction publique, la commission scolaire des Grandes-Seigneuries, sur la Rive-Sud, exige des parents 100$ par enfant pour la surveillance des dîners, et ce, peu importe que l'élève mange à l'école ou pas. «La gratuité scolaire existe-t-elle encore?», demande une mère qui calcule que la rentrée lui a coûté 1000$ au total pour ses deux enfants qui fréquentent l'école secondaire.

Dans la facture envoyée à cette famille et dont nous avons pris connaissance, les 100$ supplémentaires sont réclamés à titre d'«encadrement des élèves (adoptés commissaires)», (sic) et ce, sans autre forme d'explication.

«Tout comme d'autres parents, j'ai tenté de savoir de quoi il s'agissait, sans succès», dit-elle.

La commission scolaire des Grandes-Seigneuries a indiqué à La Presse qu'il s'agissait donc de la surveillance des dîners et que la hausse de contribution a été votée lors d'une assemblée des commissaires, en août.

«Tous les parents paient»

Les 100$ supplémentaires sont-ils réclamés à tous les parents, peu importe que leurs enfants mangent à l'école ou non, le midi? «Oui, tous les parents paient, répond Mylène Godin, responsable des communications à la commission scolaire. Il est possible que des élèves qui dînent habituellement à la maison ou à l'extérieur décident de manger à l'école notamment pour aller en récupération dans une matière, participer à des activités scolaires, faire un travail d'équipe ou encore, parce que la température n'est pas clémente.»

Est-ce légal? Pour qu'on en juge, le ministère de l'Éducation nous a fait parvenir un document intitulé Frais exigés des parents - Quelques balises.

Concernant la surveillance des élèves le midi, il est précisé qu'une contribution financière peut être demandée, mais qu'elle «ne peut être exigée que des élèves qui demeurent à l'école et non de ceux et celles qui quittent les lieux de l'école pour y revenir une fois la période de midi écoulée».

La mère qui nous a contactés ne décolère pas. «Au total, j'ai reçu une facture de 236$ pour l'un de mes enfants et de 228$ pour l'autre. Il faut ajouter à cela les uniformes qui sont obligatoires dans plusieurs établissements et environ 200$ en fournitures scolaires. [...] Au total, la rentrée scolaire m'aura coûté facilement 1000$ cette année. Est-ce normal? Je suis chanceuse, j'ai un bon emploi, mais je ne pense pas que toutes les familles puissent absorber de telles dépenses.»




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer