Exclusif

Décrochage scolaire: une île, deux mondes

Tous égaux, les élèves québécois? Pas du tout. De récentes données sur le... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Tous égaux, les élèves québécois? Pas du tout. De récentes données sur le décrochage scolaire et le taux d'obtention de diplômes consultées par La Presse révèlent un véritable fossé entre certaines régions, alors qu'une profonde faille divise l'île de Montréal en deux univers à des années-lumière l'un de l'autre.

Décrochage: de grandes disparités régionales

Décrochage: la France s'intéresse à l'approche québécoise

Les adolescents qui vont à l'école à l'est du boulevard Décarie ont jusqu'à deux fois moins de chances de terminer leur secondaire avec un diplôme en poche que ceux qui vivent dans l'ouest de Montréal.

Il existe bien deux solitudes dans la métropole. Une analyse réalisée par le professeur Michel Perron, titulaire de la Chaire de recherche sur les conditions de vie, la santé et les aspirations des jeunes de l'Université du Québec à Chicoutimi, dévoile une véritable cassure séparant les écoles des deux moitiés de l'île.

«On voit très bien le clivage», note le chercheur. À l'ouest, entre Senneville et LaSalle, 15 arrondissements sur 17 affichent un taux de décrochage de moins de 15%, loin sous la moyenne québécoise. À l'est, de Côte-des-Neiges à Pointe-aux-Trembles, seul un arrondissement affiche un score aussi enviable. Les 14 autres ont des taux de sortie sans diplôme des jeunes au secondaire qui oscillent entre 15% et plus de 25%.

Pourquoi? Les pistes sont nombreuses.

D'abord, croient les experts, il y a le facteur pauvreté. «C'est un des facteurs de risque les plus importants, note Andrée Mayer-Périard, directrice générale de Réseau réussite Montréal. On retrouve dans l'est de l'île des quartiers parmi les plus défavorisés.»

La carte de Michel Perron montre en rouge - qui représente le pire score sur le plan du taux de décrochage - ce qu'il appelle le «T inversé de la pauvreté»: les arrondissements de Ville-Marie, le Sud-Ouest et de Verdun.

Le décrochage en chiffres

21 %
des ados montréalais décrochent du secondaire, alors que la moyenne québécoise est de 16 %.
75 %
des moins de 20 ans avaient obtenu un diplôme ou une qualification en 2011, contre 44 % en 1971.
10
points
C'est l'écart entre le taux d'obtention d'un diplôme par les filles (80 %) et les garçons (70 %).
61 %
des moins de 20 ans vivant dans le Nord-du-Québec n'ont toujours pas de diplôme lorsqu'ils soufflent 20 bougies.

«Les élèves ne naissent pas tous égaux et ils ne sont pas égaux dans le soutien qu'ils reçoivent de leur milieu», prévient le professeur.

Mais le niveau socioéconomique d'un quartier n'est pas le seul coupable. À preuve, les arrondissements aisés d'Outremont et de Westmount font piètre figure. Le premier affiche un taux de décrochage supérieur à 25%, le second est légèrement sous la moyenne québécoise, présentant de 15 à 20% d'abandon.

Les forces de l'immigration

Pendant ce temps, l'ouest de l'île de Montréal doit aussi composer avec des poches de pauvreté, en plus de recevoir de nombreux immigrants. Dans certaines écoles, on peut entendre jusqu'à 90 langues différentes en se promenant dans les corridors. Un défi, mais aussi un atout.

«On est une terre d'accueil assez forte, alors on doit tout le temps s'adapter et se réinventer, explique Yves Sylvain, directeur général de la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, qui couvre les établissements francophones de l'ouest de Montréal et accueille 60% des nouveaux arrivants. Une classe homogène, ça n'existe pas chez nous. Alors nos gens doivent faire preuve de beaucoup de créativité. Ça paraît.»

Sans compter que pour beaucoup de communautés culturelles, l'école, c'est primordial. «L'école est une valeur très importante pour eux. Malgré une pauvreté économique, il y a un bagage culturel fort à la maison», observe M. Sylvain.

«Le défi, précise Andrée Mayer-Périard, c'est la francisation. Une fois qu'ils parlent la langue, ils réussissent très bien. Mieux, même, que les "de souche".»

Valorisation

La valeur accordée à l'école par la famille et le milieu des élèves est un autre facteur déterminant dans leur réussite scolaire. Il faut faire un détour par Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles pour en saisir l'ampleur.

Bien qu'assez nanti, l'arrondissement voit près d'un élève sur cinq décrocher du secondaire. «C'est là qu'on retrouve les raffineries. Les parents ont pu bien gagner leur vie sans aller à l'école. Comme ce n'est pas valorisé, ça ne donne pas envie aux jeunes d'y aller», dit Mme Mayer-Périard.

Bien sûr, les établissements scolaires eux-mêmes jouent aussi un rôle dans le taux de décrochage. «Il y a des commissions scolaires qui s'en tirent mieux que d'autres, note Michel Perron. L'engagement des enseignants et de l'équipe-école a une influence sur la motivation et la réussite.» Dans l'ouest de Montréal, Yves Sylvain vante «l'effet Marguerite-Bourgeoys». «Ils font de gros efforts», convient le chercheur.

Taux de sorties sans diplôme (%)

1. Senneville

2. Sainte-Anne-de-Bellevue

3. Baie-D'Urfé

4. L'Île-Bizard-Sainte-Geneviève

5. Pierrefonds-Roxboro

6. Kirkland

7. Beaconsfield

8. Dollard-des-Ormeaux

9. Pointe-Claire

10. Dorval

11. Saint-Laurent

12. Lachine

13. Côte-Saint-Luc

14. Montréal-Ouest

15. LaSalle

16. Hampstead

17. Ahuntsic-Cartierville

18. Mont-Royal

19. Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce

20. Westmount

21 . Verdun

22. Villeray-Saint-Michel/Parc-Extension

23. Outremont

24. Sud-Ouest

25. Rosemont-La Petite-Patrie

26. Le Plateau-Mont-Royal

27. Ville-Marie

28. Montréal-Nord

29. Saint-Léonard

30. Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

31. Anjou

32. Rivière-des-Prairies/Pointe-aux-Trembles

33.  Montréal-Est




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer