L'enseignant qui a montré la vidéo de Magnotta est congédié

Sur le même thème

L'école Cavelier-de-LaSalle. Un enseignant en a été congédié... (PHOTO : GRAHAM HUGHES, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

L'école Cavelier-de-LaSalle. Un enseignant en a été congédié vendredi après avoir montré la vidéo du meutre dont est accusé Luka Rocco Magnetta à ses élèves.

PHOTO : GRAHAM HUGHES, LA PRESSE CANADIENNE

Gabrielle Duchaine
La Presse

L'enseignant qui a montré la vidéo du meurtre et du démembrement du Lin Jun à sa classe de quatrième secondaire de l'école secondaire Cavelier-De LaSalle a été congédié.

«Le caractère inacceptable du geste posé commandait une mesure sans équivoque», a déclaré la présidente de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB), Diane Lamarche-Venne, dans un communiqué publié en fin de journée.

La commission scolaire a tenu compte de «de la gravité du geste, des impacts pour les élèves impliqués, du facteur humain, ainsi que des normes prévues à la convention collective des enseignants» dans sa décision.

La CSMB a aussi dit vouloir retrouver un climat de paix propice à la «réussite éducative à l'école secondaire», alors que les élèves entrent en période d'examens.

Phillippe Trahan, un enseignant de 29 ans qui travaillait à l'école de Cavelier-De LaSalle depuis moins d'un an, a accepté de montrer de longs segments de la vidéo de l'assassinat de l'étudiant chinois pour lequel sera accusé Luka Rocco Magnotta, à la demande de ses élèves, le 4 juin dernier.

Le Service de police de la ville de Montréal avait multiplié les appels invitant les gens à ne pas regarder la vidéo. Bien que la majorité de la classe ait voté en faveur du visionnement, plusieurs ont été bouleversés par la rare violence de ce qu'ils ont vu.

M. Trahan a été suspendu le jour même, dès que la direction de l'établissement a été mis au courant de ses actions.

Après une rencontre particulièrement émotive d'environ une heure mercredi, la CSMB a décidé de mettre fin à son lien d'emploi.

Depuis la publication d'une chronique sur la suspension de l'enseignant dans La Presse mercredi, l'homme est au coeur d'une tourmente médiatique d'une rare ampleur. Selon son employeur, «les derniers jours ont été particulièrement éprouvants pour lui». Plusieurs élèves de l'école ont également vu leur quotidien bouleversé.

Ceux-ci ont par ailleurs été nombreux à déclarer leur appui à cet enseignant.

Des élèves de l'école Cavelier-De LaSalle manifestent jeudi... (Photo: La Presse Canadienne) - image 2.0

Agrandir

Des élèves de l'école Cavelier-De LaSalle manifestent jeudi en appui à l'enseignant qui a montré la vidéo du meurtre sordide dont est accusé Luka Rocco Magnotta.

Photo: La Presse Canadienne

Aujourd'hui, une quinzaine d'élèves ont tenu un sit-in pour réclamer la clémence envers l'enseignant, qui occupe aussi un poste d'assistant entraineur de l'équipe de hockey féminin des Stars de Montréal.

Une page Facebook a aussi été créée en son appui. On l'y décrit comme un prof aimé et apprécié.

Avant l'annonce de jeudi, Chloé Silvano disait espérer que l'enseignant conserve son travail. «Je serai triste s'il est congédié parce qu'il est le meilleur enseignant de l'école, a-t-elle déclaré. Tout le monde le considère comme un bon prof et tout le monde l'aime.»

Certains ne sont cependant pas d'accord; une élève a pour sa part suggéré que l'enseignant devrait plutôt être congédié pour son manque de jugement. «C'est un très bon enseignant, mais ce qu'il a fait est mal, a dit Britanny Henriques. Alors le congédier est une bonne chose.»

«L'enseignant est entièrement dans le tort, mais les élèves le sont aussi. Ils savaient que c'était un vrai meurtre, ils savaient ce qui se passait et ils ont demandé à voir la vidéo», a-t-elle ajouté. Ce qui a ainsi déçu Mme Henriques, qui n'était pas dans la classe et n'a pas vu la vidéo.

Selon les informations obtenues par La Presse, l'enseignant effectuait des remplacements au sein de la Commission scolaire depuis un peu plus de deux ans. Il n'occupait pas de poste permanent.

Le Syndicat de l'Enseignement de l'Ouest de Montréal a pris acte de la décision de la commission scolaire en fin de journée jeudi. On prévoit rencontrer le principal intéressé afin d'entendre sa version des faits et voir s'il souhaite contester la décision.

«Nous allons laisser retomber la poussière et s'assurer que tout a été fait dans le respect de la convention collective et du code du travail, explique le président du syndicat, Luc Jacob. On verra ensuite.»

L'histoire de Philippe Trahan et de la vidéo du meurtre allégué de Luka Rocco Magnotta a fait le tour du monde depuis deux jours. En plus de faire parler d'elle dans tous les médias québécois, elle a attiré l'attention de l'Agence France-Presse, de la chaine CNN, de journaux de l'Ouest canadien et de Toronto.

- Avec La Presse Canadienne

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer