La technologie détourne les enfants de la lecture

Plus l'enfant est jeune, plus il a tendance... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Plus l'enfant est jeune, plus il a tendance à lire pour le plaisir. Les intérêts changent ensuite. Vers 12 ou 14 ans, les écoliers préfèrent nettement les jeux vidéo et les jeux d'ordinateur. À l'âge de 15 à 17 ans, ils passent beaucoup de temps à parler au cellulaire ou à envoyer des messages texte

Photothèque Le Soleil

Les technologies modifient le comportement des jeunes vis-à-vis de la lecture. C'est à 6 ou 7 ans qu'un enfant lit le plus, un intérêt qui décroît jusqu'à l'adolescence au profit des ordinateurs, des cellulaires et des consoles de jeu.

Cette situation inquiète les parents, révèle le rapport 2010 Kids&Family Reading Report, publié tous les deux ans par les Éditions Scholastic, qui se spécialisent dans les livres jeunesse. Le rapport se fonde sur un sondage mené en 2010 aux États-Unis auprès de 1045 écoliers âgés de 6 à 17 ans ainsi que leurs parents, soit 2095 répondants au total.

Plus de la moitié (56%) des parents sondés considèrent que la multiplication des appareils électroniques nuit à l'intérêt de leurs enfants pour la lecture.

Plus l'enfant est jeune, plus il a tendance à lire pour le plaisir. Les intérêts changent ensuite. Vers 12 ou 14 ans, les écoliers préfèrent nettement les jeux vidéo et les jeux d'ordinateur. À l'âge de 15 à 17 ans, ils passent beaucoup de temps à parler au cellulaire ou à envoyer des messages texte. C'est aussi à ce moment que leur intérêt pour la lecture est au plus bas. Selon le rapport, 56% des enfants de 6 à 8 ans lisent fréquemment, comparativement à seulement 24% des adolescents de 15 à 17 ans.

L'omniprésence des appareils électroniques n'a toutefois pas que des effets négatifs: le quart des élèves interrogés ont déjà lu un livre sur un support électronique, tel un ordinateur. La majorité des jeunes de 9 à 17 ans démontrent également beaucoup d'intérêt pour ce genre de lecture, principalement sur les tablettes numériques. Une minorité d'entre eux y ont toutefois accès.

«L'intérêt pour la lecture pourrait croître de façon importante avec la technologie, sauf qu'on est encore loin d'un monde où la lecture va passer par la technologie. L'école, en ce sens, a un décalage énorme par rapport au reste de la société», note Thierry Karsenti, professeur à la faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Montréal et titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les TIC et l'éducation. Auteur de plusieurs recherches sur la question, M. Karsenti souligne que, avec l'ordinateur, notamment avec Facebook, les jeunes lisent et écrivent, mais différemment.

Clé de la réussite

La lecture est un élément crucial lorsqu'il est question de réussite, rappelle pour sa part Nathalie Lavoie, professeure en éducation à l'Université du Québec à Rimouski, où une chaire de recherche sur la persévérance scolaire et la littératie a vu le jour cette année.

«Les recherches mettent en évidence que l'apprentissage de la lecture et de l'écriture est déterminant dans le cheminement scolaire de l'élève. Un enfant qui, à la fin de la première année du primaire, commence déjà à manifester des difficultés de lecture, généralement, verra ses difficultés perdurer durant tout son parcours scolaire. Ses difficultés vont s'aggraver et parfois entraîner des problèmes dans d'autres domaines d'apprentissage», explique Mme Lavoie.

Pour inciter les jeunes à lire, il faut miser sur le plaisir en lui offrant des modèles et un environnement propice à la lecture. «La recherche du plaisir va continuer par la suite», souligne Mme Lavoie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer