Lac-Mégantic: le règlement est insuffisant, dit le maire suppléant

Les familles des victimes se partageront l'argent du... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Les familles des victimes se partageront l'argent du règlement, un petit montant si l'on considère que la tragédie a fait plus de 20 orphelins, fait valoir M. Michaud.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Tragédie à Lac-Mégantic

Actualité

Tragédie à Lac-Mégantic

Un convoi ferroviaire transportant du pétrole brut a explosé à Lac-Mégantic, le 6 juillet, faisant plusieurs morts et rasant la quasi-totalité du centre-ville historique de cette municipalité. »

Sidhartha Banerjee
La Presse Canadienne

L'entente de dédommagement pour les familles des victimes de la tragédie de Lac-Mégantic ne représente qu'une fraction de ce qui est nécessaire, selon le maire suppléant de la ville.

Plus de la moitié des 200 millions $ US annoncés la semaine dernière seront envoyés aux différents paliers de gouvernement. Actuellement, environ 50 millions $ sont destinés directement aux familles des 47 victimes, mais ce montant pourrait augmenter.

«Disons que 200 millions peut paraître une somme importante, sauf que compte tenu des dégâts engendrés par cet accident ferroviaire du 6 juillet 2013, c'est, à mon sens, très peu», a affirmé le maire suppléant, Richard Michaud, lundi dans une entrevue téléphonique.

«Il y a beaucoup plus que la somme de 200 millions qui a été injectée par les gouvernements fédéral et provincial pour décontaminer le territoire qui a été dévasté. Et on ne parle pas encore de reconstruction.»

Les familles des victimes se partageront l'argent du règlement. «C'est quand même très peu parce qu'il y a plus de 20 jeunes orphelins qui doivent se reconstruire une vie, a poursuivi M. Michaud. En dommages, c'est beaucoup plus élevé que 200 millions.»

Un train sans conducteur rempli de pétrole brut volatile a déraillé puis explosé, le 6 juillet 2013, détruisant la totalité du centre-ville de Lac-Mégantic.

Le règlement d'un recours collectif aux États-Unis a été conclu par la compagnie Montreal, Maine & Atlantic (MMA) Canada, sa compagnie d'assurance, les constructeurs des wagons-citernes et quelques producteurs pétroliers. Trois sociétés importantes ont refusé de participer, soit World Fuel Services, Canadian Pacific Railway et la pétrolière Irving Oil.

Le syndic de faillite en charge du dossier de la MMA aux États-Unis, Robert Keach, espère que le montant sera revu à la hausse de manière considérable avant l'approbation finale par les tribunaux canadien et américain.

M. Keach, un syndic nommé par la cour dans le défunt dossier de faillite de la compagnie au Maine, affirme que le projet de règlement réserve environ 50 des 200 millions $ pour des réclamations fondées sur la négligence ayant mené à la mort. Ce montant pourrait augmenter jusqu'à 57 millions $ par le biais d'une réaffectation de la part du gouvernement fédéral.

Un montant allant jusqu'à 29 millions $ pourrait être attribué pour les dommages causés aux propriétés, alors que 19 millions $ dédommageraient les réclamations pour blessures physiques et dommages moraux, a expliqué M. Keach. Ces montants comprennent une possible réaffectation de la part fédérale.

Dans les termes actuels, plus de 52 pour cent du montant total iraient aux gouvernements municipal, provincial et fédéral.

«C'est seulement un projet de règlement. Il y a des processus distincts en parallèle, de chaque côté de la frontière, a indiqué Robert Keach. Nous espérons avoir toutes les ordonnances d'approbation au début ou à la mi-avril, pour faire la distribution en juin ou juillet.»

Le dossier a été clos jusqu'à la mi-mai par un juge de Sherbrooke.

Le propriétaire du Musi-Café, un bar détruit où la majorité des victimes sont mortes durant l'explosion, croit que, si l'argent ne ramènera pas les victimes à la vie, il pourrait aider à la relance du centre-ville. Mais beaucoup plus d'argent sera nécessaire pour le rebâtir, a dit Yannick Gagné en entrevue. Les coûts de reconstruction sont importants, et lui-même, pour rouvrir son commerce, a dû y consacrer l'argent des assurances, son argent personnel en plus de nouveaux prêts. Le Musi-Café a rouvert en toute discrétion, le 15 décembre dernier.

«Pour beaucoup de gens, ç'a été des temps difficiles financièrement.»

Les coûts de la reconstruction sont estimés à 2 milliards $, a indiqué le week-end dernier la mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy Laroche.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer