Voie de contournement: la mairesse de Lac-Mégantic déçue du ministre Moreau

Colette-Roy Laroche... (Photo MAXIME PICARD, ARCHIVES LA TRIBUNE)

Agrandir

Colette-Roy Laroche

Photo MAXIME PICARD, ARCHIVES LA TRIBUNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Tragédie à Lac-Mégantic

Actualité

Tragédie à Lac-Mégantic

Un convoi ferroviaire transportant du pétrole brut a explosé à Lac-Mégantic, le 6 juillet, faisant plusieurs morts et rasant la quasi-totalité du centre-ville historique de cette municipalité. »

(OTTAWA) La mairesse de Lac-Mégantic, Colette-Roy Laroche, a vivement dénoncé jeudi les propos du nouveau ministre des Municipalités, Pierre Moreau, qui a émis des doutes sur la construction d'une voie de contournement pour le chemin de fer qui traverse la municipalité.

« Les gens de Lac-Mégantic veulent pouvoir se coucher le soir sans avoir peur qu'un train explose et détruise leur ville à nouveau, et tue d'autres concitoyens », a lancé la mairesse en marge du congrès de l'Union des municipalités du Québec à Gatineau.

Le ministre Moreau a évoqué mercredi la possibilité qu'un tel investissement, récemment ciblé à 50 millions de dollars par une étude préliminaire, crée un précédent et entraîne d'autres demandes similaires auprès du gouvernement. « Est-ce que le fait pour le gouvernement du Québec d'agir d'une façon à Lac-Mégantic constitue une iniquité pour l'ensemble des municipalités ou une obligation pour lui d'agir de la même manière dans les 500 autres municipalités? », a demandé M. Moreau.

Colette Roy-Laroche s'est dite surprise et déçue de ces propos, d'autant plus que la construction d'une telle voie de contournement est une demande de longue date de sa municipalité, et que c'est par les médias qu'elle a eu vent de l'hésitation du nouveau ministre.

« J'ai été encore plus surprise lorsqu'il a parlé d'une situation d'équité pour les autres municipalités du Québec traversées par une voie ferrée », a-t-elle dit.

« Est-ce que le gouvernement du Québec peut nommer une autre ville où le chemin de fer comporte des pentes de plus de 1,2 % de moyenne, des courbes en cascade avant d'entrer au centre-ville, comme c'est le cas à Lac-Mégantic? », a demandé la mairesse.

« Est-ce que le gouvernement du Québec peut nommer une autre ville ou un accident ferroviaire qui a tué 47 personnes et détruit son centre-ville historique? Je réclame l'équité : que notre chemin de fer soit aussi sécuritaire que celui des autres. »

Colette Roy-Laroche a dit espérer que sa municipalité ne fasse pas les frais de l'exercice de rigueur budgétaire annoncé par le nouveau gouvernement du Québec. Le ministre Moreau a révélé mercredi que la province avait déjà investi 124 millions $ depuis la tragédie du 6 juillet.

« Nous demandons que le gouvernement s'engage dans la réalisation d'une voie de contournement », a-t-elle exhorté.

La présidente de l'Union des municipalités et mairesse de Ste-Julie, Suzanne Roy, lui a donné son appui. « Notre solidarité est indéfectible, a-t-elle déclaré. Nous croyons tout à fait légitime que les Méganticois, suite à cet horrible traumatisme, aient le droit de vivre en pleine sécurité. Nous souhaitons donc que le dossier se règle à la satisfaction de la mairesse. »




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer