Le BST contredit la version des faits de la Montreal Maine&Atlantic

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Tragédie à Lac-Mégantic

Actualité

Tragédie à Lac-Mégantic

Un convoi ferroviaire transportant du pétrole brut a explosé à Lac-Mégantic, le 6 juillet, faisant plusieurs morts et rasant la quasi-totalité du centre-ville historique de cette municipalité. »

(Lac-Mégantic) Le Bureau de la sécurité des Transports (BST) a contredit cet avant-midi la version des faits de la Montreal Maine&Atlantic par rapport à la tragédie ferroviaire qui a fait treize morts et une quarantaine de disparus ce week-end à Lac-Mégantic.

Selon la chronologie des faits exposée par l'organisme fédéral, le «contrôleur» de la MMA aurait été averti très rapidement après le déclenchement d'un incendie dans une locomotive du «train de la mort», vendredi soir. Un autre employé de l'entreprise -pas le chauffeur- aurait aussi participé à l'extinction de l'incendie de locomotive à Nantes, un village situé à quelques kilomètres de Lac-Mégantic.

Lundi, dans une entrevue avec La Presse, le grand patron de la MMA avait pointé du doigt les pompiers de Nantes. 

«Je ne sais pas combien de temps s'est écoulé entre l'intervention des pompiers sur notre convoi et le moment où nous avons été informés que le moteur de la locomotive avait été éteint. De toute façon, lorsque nous l'avons su, il aurait été trop tard. Le convoi aurait déjà atteint Lac-Mégantic, avant même que nous puissions envoyer quelqu'un rétablir les freins», avait indiqué M. Burkhardt.

Le BST a aussi précisé que le train se situait sur la voie ferrée principale plutôt que sur la voie de desserte. Si le convoi avait été sur la voie de desserte, un «dérailleur» aurait pu éviter que les wagons ne viennent s'échouer et exploser au centre-ville de Lac-Mégantic.

Le train roulait par ailleurs beaucoup plus vite que la vitesse permise lorsqu'il est sorti des rails dans une courbe après avoir descendu une pente très prononcée, ont affirmé les enquêteurs BST.

Les enquêteurs n'ont pas encore établi exactement à quelle vitesse roulait le train.

Un responsable du BST en Estrie, Ed Belkaloul, a indiqué mardi que 14 enquêteurs étaient déployés sur le terrain pour faire la lumière sur le déraillement du train transportant du pétrole brut, qui a causé des explosions et un gigantesque incendie ayant détruit une trentaine de bâtiments au centre-ville de Lac-Mégantic.

Par ailleurs, la thèse du PDG de MMA avait déjà été contredite par le vice-président de la conférence du rail au syndicat des Teamsters en matinée.

Le bilan de la tragédie est toujours de treize morts et d'une quarantaine de disparus, a précisé la Sûreté du Québec mardi.

Les treize corps retrouvés jusqu'à maintenant ont été transportés au Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale de Montréal afin de procéder à leur identification, a indiqué Geneviève Guilbault, du Bureau du coroner.

Pour des raisons de sécurité, les enquêteurs du BST n'ont pas encore pu accéder à l'endroit où se trouvent les wagons-citernes incendiés, a indiqué M. Belkaloul. Les enquêteurs ont cependant pu récupérer les informations du train, l'équivalent de la «boîte noire» d'un avion, et savent dans quelle position les commandes du train ont été trouvées après l'accident.

«Il y a beaucoup de facteurs à considérer. Plusieurs autres enquêtes sont menées parallèlement, ce qui limite l'information que l'on peut communiquer au public afin de ne pas compromettre les autres enquêtes», a expliqué M. Belkaloul.

«Le processus sera très long et on ne veut pas se tromper. C'était difficile d'avoir accès au site jusqu'à maintenant, mais ça s'améliore et l'enquête va s'accélérer», a dit M. Belkaloul.

-Avec La Presse Canadienne

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer