Explosions à Lac-Mégantic: horreur au centre-ville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Tragédie à Lac-Mégantic

Actualité

Tragédie à Lac-Mégantic

Un convoi ferroviaire transportant du pétrole brut a explosé à Lac-Mégantic, le 6 juillet, faisant plusieurs morts et rasant la quasi-totalité du centre-ville historique de cette municipalité. »

Philippe Teisceira-Lessard, Charles Côté, Caroline d'Astous
La Presse

(Lac-Mégantic, Montréal) Plusieurs dizaines de familles de Lac-Mégantic étaient toujours à la recherche d'un proche, samedi soir, près de 24 heures après qu'un gigantesque incendie eut ravagé le centre-ville historique de la municipalité. Le bilan pourrait osciller entre 60 et 80 morts, selon certains médias.

> Réagissez sur le blogue de Stéphane Laporte

> Voyez la catastrophe en images

> La page d'information de la Sûreté du Québec sur Facebook

La dévastation du quartier a été causée par le déraillement et l'explosion d'un train de carburant sans conducteur survenu vers 1 h du matin samedi, tout près de la rue principale.

Samedi soir, on s'inquiétait tout particulièrement du sort des clients du Musi-Café, un bistro situé à quelques mètres à peine de la voie ferrée. Ceux qui étaient attablés à sa terrasse et qui ont survécu assurent avoir peu d'espoir de voir quiconque sortir vivant des décombres.  

Vers 22 h, samedi, la Sûreté du Québec n'avait confirmé qu'un seul décès et refusait de divulguer quelque détail que ce soit sur cet individu.

«On a déjà un décès de confirmé, on s'attend à ce qu'il y en ait d'autres», a indiqué Guy Lapointe, porte-parole. Il a toutefois ajouté que la SQ s'attendait à ce que «le nombre de personnes portées disparues soit plus élevé que le bilan final des décès».

Sur les médias sociaux défilaient des dizaines de photographies de citoyens de Lac-Mégantic manquant à l'appel, surtout des jeunes. Les crises de larmes fusaient dans les rues de la municipalité.

Les familles des disparus pourraient devoir attendre encore longtemps avant de recevoir des réponses à leurs questions. Samedi, les flammes ne permettaient pas aux autorités de s'approcher du coeur de la scène.

Le train sans conducteur

Selon l'entreprise propriétaire du convoi de pétrole brut, le train se serait mis en mouvement tout seul, pendant un changement de quart de travail à Nantes, une ville située à l'ouest de Lac-Mégantic.

«Le train s'est arrêté à Nantes pour un changement de quart, a expliqué Joe McGonigle, vice-président marketing de la Montréal Maine & Atlantic Railway, à La Presse. Le chef de train a mis les freins, selon ce qu'il dit, et est parti pour son hôtel à Lac-Mégantic».

«Le plan était que le train devait rester immobile pendant quelques heures en attendant le changement de quart. Le train s'est emballé, a-t-il dit. Les wagons se sont détachés et ils ont déraillé.»

D'après les explications, «les freins étaient bien serrés sur les locomotives» et les locomotives auraient été retrouvées plus haut, à 800 mètres.

Selon M. McGonigle, le train comprenait cinq locomotives et 73 wagons. Ils transportaient du pétrole léger en provenance du gisement Bakken, au Dakota du Nord.

Denis Lauzon, porte-parole du Service de lutte contre les incendies, a révélé en fin de soirée «que des pompiers avaient été envoyés sur un feu de locomotive, vendredi soir, dans la municipalité de Nantes». S'agirait-il du même train? «On croit que oui, a-t-il dit. Il y a un train qui passe à cette heure-là.»

Un quartier rasé

Le gigantesque incendie a ravagé une grande partie du centre de la ville, rasant des commerces et des résidences. «C'est le patrimoine de la ville de Lac-Mégantic, le quartier historique qui a complètement disparu», a indiqué le pompier Denis Lauzon.

Les images diffusées par les habitants de Lac-Mégantic dépassent l'entendement. On peut y voir d'immenses boules de flammes s'élever au-dessus de la ville et un panache de fumée noire s'élever sur des centaines de mètres.

Environ 2000 personnes ont été évacuées. Certaines ont été orientées vers la polyvalente Montignac, l'école secondaire locale. Les autorités y ont implanté leur quartier général.

La Sûreté du Québec signale qu'un numéro de téléphone a été créé pour signaler qu'une personne manque à l'appel: 819 583-2441.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer