La femme de Mohammad Shafia le décrit comme un homme bon avec une mauvaise langue

Mohammad  Shafia et sa femme Tooba Mohammad... (Photo: Lars Hagberg, PC)

Agrandir

Mohammad Shafia et sa femme Tooba Mohammad Yahya.

Photo: Lars Hagberg, PC

Tooba Mohammad Yahya n'est pas la femme soumise qu'on pourrait croire. Dans la famille, elle se considère comme l'égale de son mari, Mohammad Shafia, qu'elle décrit comme un «homme bon avec une mauvaise langue.» Tooba connaît son homme et sait comment le contrôler.

C'est, entre autres, ce qui est ressorti ce matin au procès des Shafia à Kingston, alors que le procureur de la Couronne Gerard Laarhuis a poursuivi son contre-interrogatoire intensif de l'accusée.

«Vous auriez pu défendre vos filles et il n'y aurait pas eu de conséquences pour vous», a demandé Me Laarhuis?

«Oui», a répondu Tooba.

La femme de 42 ans est jugée conjointement avec son mari, Mohammad Shafia, et leur fils aîné, Hamed. Ils sont accusés des meurtres prémédités de leurs trois filles et de la première épouse de Mohammad.

Ce matin, il a encore été beaucoup question des fameuses photos qui auraient enflammé Mohammad Shafia, après la mort de ses filles, selon les dires de Tooba. Sur l'écoute électronique installée par les policiers à partir du 18 juillet 2009, on l'entend maudire ses filles, et les traiter de putains. Mohammad a la fâcheuse habitude de jurer pendant des jours des mois et des années quand quelque chose ne lui plaît pas, selon Tooba. Cette dernière assure que les photos ont été trouvées dans la chambre de Sahar, quelques jours après le drame. En les voyant, la peine de Mohamnamd s'est transformée en colère immense. Pour calmer son mari, Tooba dit avoir pris les photos et les avoir mis dans une valise noire. Le 21 juillet 2009, lorsque les policiers ont perquisitionné la maison, ils ont trouvé la valise avec une quarantaine de photos dedans.

Pourquoi cacher les photos à Mohammad en les mettant dans une valise que l'homme, grand voyageur, utilisait souvent, a demandé Me Laarhuis?

Tooba ne peut donner d'explication, elle les a mises là, à ce moment cela lui semblait une bonne place.

Hamed aussi utilisait cette valise. Son passeport était d'ailleurs avec les photos dans une pochette de cette valise. Il y avait aussi des cartes d'embarquement d'un précédent voyage, qu'Hamed avait effectué à Dubaï, entre le 1er et le 13 juin de la même année. Ce qui incite la Couronne à penser que les fameuses photos montrant Sahar en petite tenue et avec des garçons, n'ont pas été trouvées après la mort des filles comme le prétend Tooba.  Hamed les aurait plutôt apportées à Dubaï en juin 2009, pour les montrer à son père. Il y avait aussi dans cette valise, 29 photos de Rona, première épouse de Mohammad, qui n'avaient rien d'offensantes. Bizarre.

Le père et le fils sont revenus de Dubaï le 13 juin. Une dizaine de jours plus tard, ils partaient avec les huit autres membres de leur famille (sept enfants et trois adultes en tout) pour un voyage à Niagara. Le 30 juin, Zainab, 19 ans, Sahar, 17 ans, Geeti, 13 ans, et Rona, 52 ans, étaient trouvées noyées dans une voiture au fond de l'écluse de Kingston Mills. Le procès se poursuit cet après-midi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer