Le deuxième fils n'a pas pu aller saluer ses parents

Mohammad Shafia est accusé avec sa deuxième épouse... (Photo: Sean Kilpatrick, archives PC)

Agrandir

Mohammad Shafia est accusé avec sa deuxième épouse Tooba, et leur fils aîné, Hamed, des meurtres de trois de leurs filles et de Rona, première épouse de Mohammad.

Photo: Sean Kilpatrick, archives PC

Dossiers >

Procès Shafia

Actualité

Procès Shafia

Toutes les nouvelles concernant le procès Shafia et la mort de quatre femmes de cette famille. »

(Kingston, Ontario) Le témoignage du deuxième fils Shafia s'est conclu sur une note amère ce matin, à Kingston. Au moment de quitter le box après son témoignage, le jeune homme  s'est tourné vers le juge et lui a demandé la permission d'aller dire au revoir à ses parents, dans le box des accusés.  Ce qui a fait bondir le procureur de la Couronne, Gerard Laarhuis.

«Cela a déjà été discuté. Ce n'est pas le moment», s'est insurgé Me Laarhuis.

Manifestement surpris, le juge Robert Marenger a indiqué au jeune homme que ce n'était effectivement pas le moment. À ce moment, des sanglots ont retenti dans le box des accusés. C'était ceux de Tooba, sa mère, qui s'est mise à pleurer abondamment. Mohammad Shafia, pleurait lui aussi, tout en glissant des regards vers le jury. Le garçon, qui témoignait depuis lundi, et qui n'avait pas versé une larme, est sorti en s'essuyant les yeux.

En raison d'un ordre de la Cour, le garçon, tout comme les deux autres enfants survivants de la famille Shafia, n'ont jamais pu revoir leurs parents depuis l'arrestation de ces derniers, le 22 juillet 2009. Les trois enfants mineurs avaient été retirés de la famille la veille, par la DPJ.  Il y avait donc beaucoup d'émotion quand le garçon est entré dans la salle d'audience pour la première fois, lundi, et que ses parents l'ont vu.

Les enfants avaient tenté de faire renverser cet ordre de la cour, sans succès. Ce matin, on a appris que les deux plus vieux enfants avaient évoqué l'idée de se suicider ensemble, si on ne leur permettait pas de voir leurs parents.  Me Laarhuis a fait ressortit ce matin que plusieurs des enfants Shafia avaient flirté avec l'idée du suicide d'ailleurs.

Quoi qu'il en soit, pendant une journée et demi, Me Laarhuis s'est affairé à démontrer que le garçon mentait pour tenter de sauver ce qui reste de sa famille. Son père, Mohammad Shafia, sa mère, Tooba, et son frère aîné, Hamed, sont accusés des meurtres prémédités de ses trois soeurs, Zainab, Sahar et Geeti, ainsi que de  Rona, première épouse de son père. Les quatre femmes ont été trouvées noyées dans une Nissan, au fond de l'écluse de Kingston, le matin du 30 juin 2009. La famille de dix revenait d'un voyage à Niagara au moment du drame.

La défense a ensuite appelé à la barre Jawad Hoayon, le frère aîné des dix frères de Tooba. L'homme demeure en Allemagne depuis 1990. Le procès se poursuit cet après-midi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer