La défense étale la vie sexuelle de Lin Jun

Lin Feng... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Lin Feng

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Procès Magnotta

Actualité

Procès Magnotta

Luka Rocco Magnotta, âgé 29 ans, a été l'objet d'une chasse à l'homme sans précédent dans l'histoire du SPVM. Il fait face à cinq chefs d'accusation graves, notamment de meurtre prémédité, relativement à l'assassinat et le démembrement de Jun Lin, un étudiant chinois. »

Lin Jun surfait sur les sites de rencontres gais, consommait de la pornographie hard et était attiré par le sadomasochisme.

C'est ce que l'avocat de la défense Luc Leclair a tenté de faire ressortir en questionnant l'ex-petit ami de la victime, Lin Feng, hier, au procès de Luka Rocco Magnotta.

L'avocat a commencé son contre-interrogatoire en offrant ses condoléances au témoin, et en expliquant qu'il ne s'agissait pas du procès de Lin Jun, mais qu'il devait lui poser des questions pour aider à établir l'état d'esprit de son client.

Lin Feng, un homme de 35 ans à la taille élancée et au crâne rasé, est venu de Chine pour témoigner au procès de celui qui est accusé d'avoir tué et dépecé son ex-ami de coeur, le 25 mai 2012.

Selon son récit, Lin Jun et lui se sont connus en Chine en 2009. Ils ont formé un couple à la fin de 2010, juste avant que Lin Jun ne vienne à Montréal pour étudier. Lin Feng est venu le rejoindre. Ils sont restés ensemble jusqu'en mai 2012. Le 13 mai, Lin Feng est allé en Chine pour y passer l'été. Ils ne formaient plus un couple à ce moment, dit-il. Lin Jun avait rompu. «Il subissait de la pression de ses parents, qui voulaient le voir épouser une femme», a-t-il dit. Lin Jun ne leur avait pas dit qu'il était homosexuel.

Lin Jun a été tué deux semaines après le départ de Lin Feng.

Fidélité

Quand il a été questionné par le procureur de la Couronne, Lin Feng a soutenu que Lin Jun et lui avaient été fidèles l'un à l'autre pendant leur relation, qu'ils pratiquaient une sexualité normale et qu'il n'avait jamais été question de sadomasochisme. En défense, Me Leclair a exhibé des documents qui démontrent que Lin Jun avait cherché à rencontrer des hommes pour des aventures sexuelles et qu'il téléchargeait des films gais de pornographie hard. Me Leclair a même montré des photos de ces films au témoin.

«Est-ce que je suis obligé de regarder ces images?», s'est impatienté le témoin.

Pas Lin Jun

Lors de son témoignage, Lin Feng a raconté qu'après son départ pour la Chine, en mai 2012, Lin Jun et lui étaient restés en contact et qu'ils s'envoyaient de 40 à 50 textos par jour. Lin Jun lui a envoyé un dernier texto le 24 mai. Lin Feng a répondu. Son texto a été ouvert, mais il n'y a pas eu de réponse, a-t-il affirmé. Et ses textos suivants sont restés lettre morte.

Inquiet, Lin Feng a demandé à des amis d'aller voir ce qui se passait, mais Lin Jun était introuvable. Lin Feng a pris l'avion le 30 mai pour revenir au Canada. Lors d'une escale, il a entendu qu'un corps avait été trouvé dans une valise à Montréal, mais il n'a jamais pensé qu'il s'agissait de Lin Jun. Il l'a appris peu après.

Lin Feng affirme avoir regardé, à l'époque, quelques minutes de la vidéo One Lunatic One Ice-Pik, mise en ligne par Magnotta. Il s'est rendu compte tout de suite que l'homme qui apparaissait attaché sur le lit, au début du film, n'était pas Lin Jun. Il en a informé la police.

Le procès se poursuit aujourd'hui, avec un autre témoin.

Live Blog Procès Magnotta: notre couverture en direct
Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer