2. Des bombes à retardement

Chaque année, la DPJ intervient auprès de quelque... (Photo Getty Images/iStockphoto)

Agrandir

Chaque année, la DPJ intervient auprès de quelque 1600 petits Québécois parce que leurs parents séparés s'entredéchirent au point de les traumatiser, selon une récente étude du Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire.

Photo Getty Images/iStockphoto

Xavier* est en deuxième année, mais il explose comme un adolescent en crise. Il urine sur le plancher des toilettes de l'école. Il fait pleuvoir tant de coups que les parents des autres élèves se plaignent en rafale.

À 2 ans, Xavier a vu ses parents se quitter. Cinq ans plus tard, c'est une petite terreur. La DPJ de la Côte-Nord a même débarqué dans sa vie. Son verdict: le père du garçon exerce de la violence psychologique en l'exposant à la rancoeur et à la méfiance qui le submergent depuis la rupture.

L'histoire de Xavier est loin d'être unique. Chaque année, la DPJ intervient auprès de quelque 1600 petits Québécois parce que leurs parents séparés s'entredéchirent au point de les traumatiser, révèle une récente étude du Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire.

Deux fois sur trois, il s'agit d'enfants qui ne sont ni violentés ni négligés. Ils vivent souvent dans de belles maisons, fréquentent de bonnes écoles. Leurs parents sont médecins, pilotes, psychologues, policiers, vice-présidents, avocats, vendeurs, éducateurs... «L'instruction et la maturité affective sont deux choses très différentes. Le vécu très difficile de certaines personnes les transforme en bombes», explique Johanne Vachon, DPJ adjointe en Mauricie.

4828
Nombre de signalements pour «conflits de séparation» jugés fondés par les 16 centres jeunesse québécois entre juillet 2007 et juillet 2010
1/10
de tous les signalements fondés concernait un «conflit de séparation».
2/3
ce conflit était l'unique motif d'intervention.

Source: Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire et UdeM, novembre 2013, Claire Malo et al.

1308
Nombre de jugements du tribunal de la jeunesse publiés en 2012, 2013 et 2014 au sujet de conflits de séparation

Source: CanLii

Petits enfants, gros dégâts

Dans son centre jeunesse, comme partout au Québec, les ravages que causent les conflits de séparation sont de plus en plus palpables. À l'école primaire, plusieurs enfants - de parents autrement adéquats - fuguent, se mutilent ou tiennent déjà des propos suicidaires.

- En Montérégie, un garçonnet a été envoyé en pédopsychiatrie parce qu'il grattait la peinture des murs et perdait le contact avec la réalité.

- À Québec, un enfant de 10 ans a dit «vouloir se jeter en bas du pont si la situation de conflit entre les parents ne s'arrêtait pas», rapporte un jugement.

- À Drummondville, une fillette de 6 ans «mord sa mère, la traite de tous les noms et la frappe avec un bâton sans raison», dit une autre décision rendue en 2013.

- Dans la même ville, un garçon de 7 ans a fait des menaces de mort à l'école.

- À Montréal, une fille de 11 ans a lancé des pierres à une autre élève immobilisée par un petit groupe.

«Ils ne sont pas capables de jouer avec les autres parce qu'ils sont nés dans le conflit, explique la conseillère clinique Valérie Morel. Ils ont appris que c'est correct d'être hostile, de ne pas faire de compromis.»

À l'école, ils n'écoutent plus. «Ils sont trop soucieux pour apprendre quoi que ce soit; ils ont toujours ça en tête», dit Martin Laurin, intervenant au centre jeunesse de Laval.

Lorsqu'on demande à ces enfants ce qu'ils pensent des conflits qui déchirent leurs parents, ils n'ont aucune idée, indique Geneviève Mercier, chef de service en Montérégie. «Prendre position, ce serait trahir l'un ou l'autre de leurs parents.»

«Lorsque nous demandons à X (9 ans) ce qu'il aime le plus dans sa vie, il ne sait pas quoi répondre. Lorsque nous lui demandons ce qu'il aime le moins, il répond: ''La chicane.'' X nous informe alors qu'il a dit à son père qu'il voulait se tuer à cause de la chicane. S'il n'y avait plus de chicane, il n'aurait plus envie de mourir. Si X avait trois souhaits, il aimerait qu'il n'y ait plus de chicane, que ses parents soient ensemble, et c'est tout.»

Cour du Québec, Montérégie, 2011

Dans la plupart des cas, le conflit dure depuis des années, dit-elle. «Quand un adolescent est signalé pour délinquance, consommation de drogue ou troubles alimentaires, on découvre très souvent qu'un conflit parental se cache derrière tout ça. Ce n'est qu'un symptôme.»

En général, les deux parents se provoquent. «C'est rare que les torts sont d'un seul côté», résume Martin Laurin, qui a vu un père se filmer alors qu'il allait porter des cadeaux aux enfants à l'extérieur de son temps de garde, juste pour faire sortir la mère de ses gonds et la discréditer.

L'enfant passe alors au second plan, il n'existe plus que comme arme. Des parents téléphonent «régulièrement» au centre jeunesse pour faire entendre leur petit en crise, rapporte Geneviève Mercier. «Au lieu de réconforter l'enfant, ils accumulent des preuves contre l'autre parent. Ils ne jouent pas leur rôle.»

Signalements malicieux

Autre problème majeur: trois fois plus de parents signalent malicieusement leur enfant quand il y a conflit de garde. On compte alors 12% de faux signalements intentionnels plutôt que 4%, révèle l'Étude canadienne sur l'incidence des signalements des cas de violence et de négligence de 1998.

«Le classique, c'est le signalement en urgence à la veille d'un week-end chez l'autre, résume Geneviève Mercier, chef de service au Centre jeunesse de la Montérégie. C'est bouleversant de voir des enfants souvent soumis à des examens médicaux et des entrevues vidéo. Ils croient qu'il se passe quelque chose de grave.»

«Si l'enfant ne parle pas encore ou est très influencé par son parent, c'est difficile de départager le vrai du faux», renchérit Christine Tremblay, chef du programme maltraitance en Mauricie.

En fin de compte, ce sont la colère et les inquiétudes outrancières des parents en cause qui finissent par convaincre la DPJ que leurs enfants sont en danger.

Autrement responsables et aimants, peu de parents admettent leurs failles. «C'est leur amour qu'il faut aller chercher pour leur ouvrir les yeux», affirme Valérie Morel.

«Parce que l'enfant qui entend que son père est méchant et que sa mère est méchante conclut qu'il est forcément méchant lui aussi. C'est aussi dommageable que les coups ou la négligence.»

* Le nom a été changé pour préserver l'anonymat.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • 1. Des enfants déchirés

    Parents en guerre

    1. Des enfants déchirés

    «Ils divorcèrent, vécurent l'enfer et démolirent leurs enfants...» Même si la majorité des couples qui se séparent le font sans trop de dégâts,... »

  • 3. Des fausses accusations, l'arme ultime

    Parents en guerre

    3. Des fausses accusations, l'arme ultime

    Son père frappait sa mère, a raconté le petit Montréalais de 10 ans. Il a aussi dit qu'il « le frappait, lui, avec une ceinture, et que sa colonne... »

  • 4. Les autorités crient au secours

    Parents en guerre

    4. Les autorités crient au secours

    Dépassées par l'avalanche de conflits de séparation, les autorités ont demandé de l'aide. «Les juges ont réclamé de la formation parce qu'ils voient... »

  • 5. Aller trop loin

    Parents en guerre

    5. Aller trop loin

    « S'il fallait placer chaque enfant témoin de chicanes parentales, il faudrait placer tous les enfants québécois. » »

  • 6. Divorcer de son parent

    Parents en guerre

    6. Divorcer de son parent

    C'est la pire des catastrophes. Quand, après avoir vu ses parents se séparer, un enfant décide de rompre lui aussi en rejetant son père ou sa mère.... »

  • 7. Pourquoi un enfant s'éloigne d'un parent

    Parents en guerre

    7. Pourquoi un enfant s'éloigne d'un parent

    À la suite du choc de la séparation, bien des parents ont soudain du mal à jouer leur rôle. Leur relation avec leur enfant se dégrade, et parfois,... »

  • 8. Parents sous surveillance

    Parents en guerre

    8. Parents sous surveillance

    Elliott appuie tendrement l'oreille sur le ventre rebondi de sa maman enceinte. Ses deux frères les enlacent. Autour d'eux, les étagères débordent de... »

  • 9. Survivre à l'aliénation, deux récits

    Parents en guerre

    9. Survivre à l'aliénation, deux récits

    Une adolescente détournée de son père et une mère privée de son fils nous racontent leur histoire. Elles ne se connaissent pas, mais leur souffrance... »

  • 10. Tribunaux au bord de la crise de nerfs

    Parents en guerre

    10. Tribunaux au bord de la crise de nerfs

    La rancune des parents en guerre leur coûte une fortune. Elle ruine aussi les tribunaux, pris d'assaut pour des vétilles. Voici comment juristes et... »

  • 11. Prendre un parent par la main

    Parents en guerre

    11. Prendre un parent par la main

    Dix familles montréalaises engluées dans des conflits sans fin ont récemment accepté de faire une trêve pour tester une approche révolutionnaire... »

  • 12. Expertises bâclées ou faussées

    Parents en guerre

    12. Expertises bâclées ou faussées

    Trente-deux psychologues et quatre travailleurs sociaux québécois ont été punis depuis 2001, pour avoir pondu des expertises bâclées ou faussées -... »

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer