Cartel des égouts: Colmatec plaide coupable

Dossiers >

Crise dans la construction

Actualité

Crise dans la construction

Allégations de collusion entre les entrepreneurs en construction, liens avec le crime organisé, intimidation sur les chantiers: consultez notre dossier sur la crise dans la construction et la commission Charbonneau. »

Un cadre d'une entreprise de Laval a écopé de 100 heures de travaux ... (Photo archives)

Agrandir

Photo archives

Pierre-André Normandin

Pierre-André Normandin
La Presse

Un cadre d'une entreprise de Laval a écopé de 100 heures de travaux communautaires pour son implication dans un cartel des égouts, a indiqué le Bureau de la concurrence du Canada. Son entreprise, Colmatec, a quant à elle reçu une amende de 50 000$ pour sa participation dans ce groupe de six entreprises ayant truqué, en 2008 et 2009, 37 appels d'offres d'une valeur de 3,3 millions.

Pendant que tous les yeux étaient tournés vers la commission Charbonneau, Colmatec a plaidé coupable cette semaine aux accusations qui pesaient sur elle. Le Bureau de la concurrence avait révélé en novembre dernier avoir mis à jour un cartel dans l'entretien et le nettoyage des égouts qui impliquerait six entreprises et cinq personnes.

Appels d'offres truqués

Selon la preuve, les six entreprises auraient «convenu en secret de coordonner leurs offres afin de déterminer au préalable celles qui remporteraient les contrats municipaux et gouvernementaux». Une première entreprise, MSC Réhabilitation, avait plaidé coupable d'avoir participé à 12 appels d'offres truqués. Elle avait reçu une amende de 75 000$. Colmatec est ainsi la deuxième entreprise à plaider coupable. Elle reconnaît avoir participé à 18 appels d'offres truqués.

Les sociétés Colmatec et MSC Réhabilitation ont fréquemment fait affaire avec la Ville de Montréal. Colmatec a ainsi décroché 107 contrats depuis 2006, pour une valeur de 5,5 millions, selon les recherches de La Presse. Son plus récent contrat à la Ville daterait de mai dernier, lorsque l'arrondissement d'Anjou lui a confié le mandat d'inspecter une conduite d'égout avec ses caméras.

MSC Réhabilitation est aussi une entreprise bien connue à la Ville de Montréal. Elle a décroché 43 contrats entre 2006 et 2010, pour une valeur de 4,7 millions.

Nouveaux contrats

À noter, les autres entreprises qui seraient impliquées dans le cartel des égouts continuent à décrocher des contrats avec la Ville de Montréal. Kelly Sani-Vac a ainsi décroché notamment un contrat avec l'arrondissement de L'Île-Bizard-Sainte-Geneviève en mai. Chalifoux Sani a obtenu un contrat avec le service de l'eau en février dernier.

La quasi-totalité des 37 appels d'offres truqués par ce cartel a été organisée dans la région de Montréal, dont 15 dans l'île, 11 dans des municipalités de la couronne nord et 9 en Montérégie. Deux autres régions du Québec ont été touchées, soit l'Estrie (Sherbrooke) et le Nord-du-Québec (Baie-James). Le cartel ciblait surtout des contrats municipaux, mais le ministère des Transports a lui aussi été touché à six reprises.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer