Un pavillon de l'UQAM est la cible des graffiteurs

Selon un étudiant de l'UQAM qui termine sa... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Selon un étudiant de l'UQAM qui termine sa maîtrise, certains membres des associations étudiantes croient qu'il est légitime de faire des graffitis dans l'université parce qu'elle leur appartient.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partager

Dossiers >

Conflit étudiant

Actualité

Conflit étudiant

Le gouvernement de Jean Charest a décidé d'augmenter les droits de scolarité de 1625 dollars en cinq ans, une hausse décriée par des dizaines de milliers d'étudiants. »

Le pavillon Hubert-Aquin de l'Université de Québec à Montréal (UQAM) a été la cible de vandalisme, dans la nuit de mercredi à jeudi. Des graffitis ont été dessinés sur plusieurs murs près du café des étudiants en sciences humaines. Les dommages matériels atteignent plusieurs milliers de dollars, affirme la direction de l'établissement.

«Nous évaluons la situation afin de déterminer les actions que nous prendrons. Ce qui est certain, c'est que ces actes sont inacceptables et que les personnes qui ont fait ces graffitis auront des sanctions», a dit la porte-parole des communications de l'UQAM, Jenny Desrochers.

Les messages des graffitis sont multiples: «Libérez les prisonniers politiques», «Autogestion de notre université», «L'État, c'est juste une entreprise corrompue», ou «La libération des savoirs passe par la critique de nos institutions».

«En général, il y a toujours eu des graffitis près des locaux des associations étudiantes, a expliqué le secrétaire à la coordination de l'Association facultaire des étudiants en sciences humaines (AFESH). Nous à l'AFESH, on ne joue pas à la police. On considère que ce qui a été fait est légitime. Il faut se demander à qui appartient l'UQAM. C'est une question politique.»

Plusieurs associations étudiantes de l'Université, dont l'AFESH, ont voté cette semaine pour la levée des cours afin de participer à un mouvement international qui conteste, notamment, la marchandisation du savoir et le capitalisme. C'est dans ce contexte qu'une grande manifestation a rassemblé jeudi plus de 2000 étudiants dans les rues du centre-ville de Montréal.

Selon un étudiant de l'UQAM qui termine sa maîtrise, certains membres des associations étudiantes croient qu'il est légitime de faire des graffitis dans l'université parce qu'elle leur appartient.

«Je suis personnellement contre la hausse des droits de scolarité et pour la grève, mais il faut que ça se fasse dans le respect des lois. Si la désobéissance civile est une technique, il faut alors en accepter les conséquences. Il faut assumer son geste», croit cet étudiant, qui désire rester anonyme.

Dans un courriel envoyé hier à l'ensemble de la communauté universitaire, que La Presse a obtenu, l'UQAM écrit: «Faut-il le rappeler, il s'agit de biens publics appartenant à la population québécoise qui les a payés de ses taxes et impôts.»

Une enquête interne est en cours, afin de trouver les auteurs de ces graffitis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer