Trimestre condensé: des étudiants à bout de souffle

Plusieurs étudiants entrent à l'université dès 8h le... (Photo: Ninon Pednault, La Presse)

Agrandir

Plusieurs étudiants entrent à l'université dès 8h le matin pour n'en ressortir que tard le soir. Certains ont des cours jusqu'à 21h le vendredi. D'autres, le samedi.

Photo: Ninon Pednault, La Presse

Partager

Dossiers >

Conflit étudiant

Actualité

Conflit étudiant

Le gouvernement de Jean Charest a décidé d'augmenter les droits de scolarité de 1625 dollars en cinq ans, une hausse décriée par des dizaines de milliers d'étudiants. »

Après sept mois de grève et de suspension des cours, des milliers d'étudiants terminent cette semaine leur trimestre d'hiver. Une période intense marquée par la fatigue, le stress et l'incertitude.

En plus d'avoir un trimestre condensé et des cours six jours par semaine, il faudrait aussi qu'Amélie se dédouble. Deux de ses cours sont donnés en même temps.

Aux prises avec des conflits d'horaire du genre, beaucoup d'étudiants ont dû abandonner un cours. D'autres, comme Amélie, tentent de concilier les deux.

Ils assistent à une portion du cours avant de se rendre en vitesse assister à la fin de l'autre. Ils complètent la matière avec les notes de cours prêtées par des amis. En plus des cours, il y a aussi les lectures à faire, les travaux de recherche à mener et les examens.

«J'essaie d'assister à tous mes cours, mais pour les lectures, je n'y arrive pas. Dans un seul de mes cours, je dois lire 80 pages par semaine», relate Amélie, qui étudie en histoire à l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

La pression est grande. La fatigue aussi. «La semaine dernière, j'étais tellement stressée que j'avais toujours envie de pleurer», confie la jeune femme.

Pour y arriver, plusieurs ont abandonné des cours. Les étudiants qui ont conservé cinq cours semblent rares. Plusieurs entrent à l'université dès 8 h le matin pour n'en ressortir que tard le soir. Certains ont des cours jusqu'à 21 h le vendredi. D'autres, le samedi.

Les nuits sont courtes

«Depuis deux semaines, je constate que mes étudiants lisent de manière très opportuniste, c'est-à-dire qu'ils font leurs lectures en fonction des questions qui seront dans l'examen», constate Patrick Forget, professeur de droit à l'UQAM.

Pour les professeurs, surtout les plus jeunes qui en sont à leurs premières expériences, le calendrier condensé demande aussi beaucoup de préparation. «Je travaille certainement de 10 à 12 heures par jour, 6 ou 7 jours par semaine. C'est beaucoup de travail, mais c'est encore bien pire pour les étudiants», ajoute M. Forget.

Le nez plongé dans ses livres, Aurélie Roberge tente de mémoriser sa lecture. Elle a les traits tirés. «On est en mode survivre plutôt que vivre», lance cette étudiante de deuxième année en relations internationales et droit international.

Comme elle, des dizaines d'étudiants sont attablés aux nombreuses tables du pavillon Hubert-Aquin de l'UQAM, les yeux rivés sur leurs notes. À la bibliothèque des sciences juridiques, un silence monacal règne. Devant un ordinateur, une étudiante s'énerve. La tension se lit sur son visage.

Pour soutenir les étudiants, l'UQAM a diffusé sur son site internet une «trousse d'aide pour le retour en classe». Conçu par l'équipe des Services-conseils qui offre du soutien psychologique et de l'aide à l'apprentissage, ce guide aide les étudiants à gérer leur temps et leur stress en ce trimestre condensé.

«Entre le 26 août et le 11 septembre, cette trousse a été téléchargée plus de 7000 fois, ce qui démontre sa pertinence et son utilité», constate la porte-parole de l'UQAM, Jenny Desrochers. Il est trop tôt, cependant, pour évaluer si plus d'étudiants qu'à l'habitude sont venus en personne demander du soutien psychologique et académique.

Chose certaine, devant la demande évidente, l'administration prépare actuellement une nouvelle trousse pour le trimestre d'automne qui débute lundi et qui sera, lui aussi, plus court qu'à l'habitude. Le trimestre s'échelonnera sur 12 semaines au lieu des 15 habituelles.

Beaucoup de stress à l'Université de Montréal

La situation est aussi tendue à l'Université de Montréal. «Je vois des gens autour de moi craquer et céder à la panique. La charge de travail est trop importante», dit Justine Gervais-Chapleau, finissante au baccalauréat en histoire de l'art.

Elle-même vit difficilement ces dernières semaines. Son cours d'anthropologie a été annulé en raison de la grève. Elle devra vraisemblablement terminer son baccalauréat tout en commençant sa maîtrise.

«Pour l'instant, j'ai la chance d'être excitée par l'idée de faire ma maîtrise. Ça me porte et ça me permet de passer par-dessus les moments de découragement», dit-elle.

Avec les manifestations quotidiennes et les réunions de toutes sortes, les huit derniers mois ont été «physiquement et mentalement exigeants» pour les étudiants en grève, rappelle Justine qui s'est impliquée au sein de son association étudiante.

Le corps professoral a aussi vécu difficilement les derniers mois, rapporte le président du Syndicat général des professeurs de l'Université de Montréal, Jean Portugais.

Les interventions policières sur le campus, survenues lors de la reprise des cours à la fin du mois d'août, ont laissé des cicatrices. «Les conséquences sont toujours là. Les professeurs ont été profondément perturbés», affirme M. Portugais.

Des plaintes ont été formulées à la Commission de la santé et de la sécurité du travail à la suite de ces événements.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer