«Retournez à l'école!»: les invités de la F1 guère émus

Partager

Dossiers >

Conflit étudiant

Actualité

Conflit étudiant

Le gouvernement de Jean Charest a décidé d'augmenter les droits de scolarité de 1625 dollars en cinq ans, une hausse décriée par des dizaines de milliers d'étudiants. »

Loin du brouhaha des manifestants, les invités du cocktail d'ouverture du Grand Prix de Montréal célébrent sans encombre sous bonne garde policière. Mais malgré les sourires, impossible pour eux d'ignorer le conflit qui menace d'assombrir les réjouissances du week-end.

François Dumontier, président du Grand Prix de Montréal, a cependant assuré qu'aucun des invités ne lui avait téléphoné pour lui faire part d'inquiétudes. «À ce que je vois, tout le monde est venu!», a-t-il souligné.

«Nous sommes ici pour une bonne cause», a souligné le pape de la F1, Bernie Ecclestone, en rappelant que les profits de la soirée étaient remis à des hôpitaux montréalais. Interrogé sur la présence des manifestants, l'homme n'a pas paru inquiet.

«Ils pensent probablement qu'ils ont de bonnes raisons de manifester. Mais d'après ce que j'ai entendu dire à propos des droits de scolarité ici, c'est que les étudiants sont mieux à Montréal qu'à Londres.»

L'ancien champion du monde Jacques Villeneuve a fermement exprimé son exaspération devant le conflit qui s'éternise et «le manque de réflexion de certains jeunes individus».

«Ça coûte une fortune à la Ville, à la province et au Canada. Ils disent que le gouvernement doit payer, mais d'où vient l'argent du gouvernement? Ils disent: prenez l'argent des riches! Mais les riches vont déménager dans un autre pays. Nous vivons dans une démocratie: on vote pour des gens, et quand on n'est pas content, on vote pour d'autres gens la fois suivante.»

Il déplore qu'à l'étranger, une seule version soit rapportée, celle des étudiants. «Ils ont peut-être une idée un peu fausse de la réalité des choses», dit-il.

«Ils réclament de la liberté, mais ne se rendent pas compte qu'ils en enlèvent à beaucoup de gens. Je pense qu'ils ont passé leur jeunesse à grandir sans que leurs parents leur disent non. C'est ce qu'on voit dans les rues. Ça passe son temps à se plaindre.»

Un conseil aux étudiants? «Qu'ils retournent à l'école. Parce qu'un jour, ce sont eux qui devront payer leur contribution à la société.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer