Deux manifestants gravement blessés hors de danger

Dossiers >

Conflit étudiant

Actualité

Conflit étudiant

Le gouvernement de Jean Charest a décidé d'augmenter les droits de scolarité de 1625 dollars en cinq ans, une hausse décriée par des dizaines de milliers d'étudiants. »

(Victoriaville) Deux manifestants reposent dans un état grave à l'hôpital de Trois-Rivières. Les médecins craignaient plus tôt pour la vie d'un d'entre eux. En milieu d'après-midi, l'hôpital a annoncé que ce n'était plus le cas, mais qu'il avait subi des blessures graves.

«Il souffre d'un traumatisme crânien léger, d'une fracture au visage, d'une fracture au crâne et d'une contusion cérébrale», a confirmé le porte-parole de l'hôpital, Serge Boulard.

L'autre manifestant a définitivement perdu l'usage d'un oeil. «Son état est maintenant stabilisé et il demeure sous la surveillance étroite du médecin intensiviste», a indiqué M. Boulard.

Toujours selon l'hôpital, il serait sous sédatif et aurait repris conscience à quelques reprises depuis les événements. Il aurait notamment pu s'entretenir avec un médecin.

Les deux jeunes hommes ont participé à la manifestation qui a tourné à l'émeute, hier soir à Victoriaville.

Les deux auraient subi un traumatisme crânien lors des affrontements qui ont éclaté devant l'hôtel Le Victorin où se tient le congrès général du Parti libéral du Québec.

Selon plusieurs sources concordantes, l'étudiant gravement blessé dont on craignait pour la vie se nomme Alexandre Allard. Le jeune homme étudie en histoire à l'Université Laval depuis peu, après avoir fréquenté le cégep de Victoriaville.

Josée Simoneau, la directrice du Centre de santé et des services sociaux d'Arthabaska-et-de-l'Érable, a affirmé, lors d'un point de presse samedi matin, que le manifestant aurait reçu un projectile à la tête. Elle a indiqué qu'il pourrait s'agir d'une boule de billard, d'un morceau d'asphalte ou d'une balle de caoutchouc. Ces dernières sont utilisées par des policiers.

Le patient a été admis à l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska. Il a par la suite été transféré à l'hôpital de Trois-Rivières, étant donné la sévérité de son cas.

L'autre blessé hospitalisé à Trois-Rivières qui a perdu l'usage d'un oeil serait un étudiant du CÉGEP Saint-Laurent, hospitalisé à Trois-Rivières. Plus tôt samedi, Philippe Éthier, un membre du comité exécutif de la CLASSE, a assuré que Maxence Valade avait été grièvement blessé à l'oeil.

En tout, ce sont neuf personnes qui ont été blessées hier lors de la manifestation qui a tourné au vinaigre. Les trois victimes de blessures à la tête sont toujours à l'hôpital, un patient attend de voir un spécialiste et les autres ont quitté après voir reçu les soins pour traiter des blessures mineures. Parmi eux figurent trois policiers de la Sûreté du Québec.

110 arrestations

Par ailleurs, les policiers ont procédé à l'arrestation de quatre personnes durant l'émeute. Plus tard, lorsque les autobus des manifestants ont quitté Victoriaville, trois d'entre eux ont été interceptés. En tout, 106 passagers se trouvaient à bord. Ils ont tous été mis en état d'arrestation.

Trois récidivistes qui avaient déjà été arrêtés dans des attroupements illégaux ou des émeutes devaient d'ailleurs comparaître ce samedi matin. Les autres ont tous été relâchés sous promesse de comparaître.

Les suspects feront face à des accusations d'agression armée, d'entrave au travail des policiers et d'attroupement illégal.

Le capitaine Jean Finet, porte-parole de la Sûreté du Québec, assure que tout a été mis en oeuvre pour assurer la sécurité des manifestants, des citoyens et des congressistes. «Malheureusement, un groupe d'individus, qui visiblement n'avait pas l'intention de manifester, mais plutôt de commettre des actes criminels, a rapidement et malgré les nombreux avertissements fait tomber le périmètre, la clôture, la ligne à ne pas franchir», a-t-il déclaré.

Le maire de Victoriaville a partagé cet avis. «C'est inadmissible que de gens aient été blessés alors qu'ils voulaient manifester pacifiquement», a dit Alain Rayes. Le maire s'est néanmoins dit heureux de constater que peu de dégâts matériels aient été recensés dans la ville, mis à part le secteur du Palais des congrès.

Au caucus libéral

Pour une première fois, un ministre a affirmé que le conflit était allé trop loin. «Si tout le monde avait manifesté sans violence, ce ne serait pas arrivé», a dit Lise Thériault, la ministre du Travail en marge du conseil général.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux a également réagi en apprenant qu'un manifestant avait gravement été blessé. «On vient de prendre connaissance de ça. Quand j'ai fait un commentaire ce matin, je ne le savais pas, je tiens à le dire.» En matinée, le ministre Bolduc avait soutenu que, comme ancien coroner, il savait bien que quelqu'un pouvait mourir à la suite de l'impact d'un débris d'asphalte ou d'une boule de billard, des projectiles utilisés par les manifestants, vendredi soir.

Il soutient ne pas savoir où a été envoyé le manifestant mal en point.

«Comme ministre, je ne prendrai pas d'informations, je ne ferai pas de recherche: la confidentialité est un droit absolu. Il faut laisser faire la famille. Il faut qu'elle autorise de donner l'information. Il faut respecter cette volonté.»

Ces cas-là «sont pris en charge par des équipes spécialisées», a poursuivi M. Bolduc. «C'est un incident très, très, très regrettable, reste à espérer que la personne va bien évoluer.»

L'attaché de presse de Jean Charest a affirmé que le premier ministre n'était pas au courant qu'un manifestant était entre la vie et la mort. Il dit l'avoir appris par les médias.

- Avec Denis Lessard




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer