Rapport Charbonneau: Julie Boulet «heureuse» et «soulagée»

Julie Boulet lors de son passage devant la... (IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO)

Agrandir

Julie Boulet lors de son passage devant la commission Charbonneau.

IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Commission Charbonneau

Actualité

Commission Charbonneau

Suivez le déroulement de la commission Charbonneau. »

(Québec) La députée libérale Julie Boulet se dit «heureuse» et «soulagée» après la lecture du rapport Charbonneau. La Commission qualifie pourtant de «peu crédible» une partie de son témoignage et soutient que l'ex-ministre des Transports a octroyé des contrats tarifés «à certaines entreprises précises alors que ces dernières participaient à des cocktails de financement».

Mme Boulet ne fait toutefois pas l'objet d'un blâme direct dans le rapport; personne au provincial ne l'est d'ailleurs.

«Je suis très heureuse, soulagée. J'ai toujours dit que j'ai toujours agi avec honnêteté, intégrité et rigueur, dans l'intérêt des gens de mon comté et de ma région. Je suis heureuse et soulagée que l'on confirme ça», a-t-elle affirmé en marge d'une réunion du caucus libéral mercredi. Elle a ajouté qu'à titre de ministre des Transports, elle avait «suivi les règles avec l'autorisation du sous-ministre».

Des passages du rapport l'écorchent toutefois. « Dans son témoignage, la ministre des Transports Julie Boulet a prétendu avoir pris connaissance de l'objectif de 100 000 dollars seulement en 2009, à l'occasion de la déclaration publique de Norman MacMillan à ce sujet dans les médias. Cette affirmation semble peu crédible dans la mesure où les objectifs de financement étaient annoncés publiquement à l'occasion des caucus et où la plupart de ses collègues étaient au courant de l'objectif qui leur était fixé », peut-on lire.

La Commission ajoute: «Dans son témoignage, Julie Boulet a nié avoir octroyé des contrats tarifés afin de recevoir du financement de la part des «gens de pavage». La ministre a toutefois octroyé ce type de contrats à certaines entreprises précises alors que ces dernières participaient à des cocktails de financement qui lui ont permis d'amasser successivement 130 000, 134 000 et 125 000 dollars de 2007 à 2009. Après avoir quitté le ministère des Transports pour le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Boulet recueillera des contributions significativement inférieures de l'ordre de 63 369 dollars en 2010 et de 56 017 dollars en 2011».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer