Intimidation et extorsion sur les chantiers

Michel Comeau... (Image vidéo)

Agrandir

Michel Comeau

Image vidéo

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Hydro-Québec a-t-elle fermé les yeux sur des abus qui se sont produits sur les chantiers Périboka et La Romaine, parfois aux frais des contribuables? C'est ce qu'est venu témoigner l'enquêteur Michel Comeau à la commission Charbonneau, ce matin.

Ce dernier a relaté que 12 grutiers avaient été payés « à ne rien faire » durant près deux ans sur le chantier hydro-électrique Périboka, au Saguenay Lac-Saint-Jean.

Au départ, l'entreprise allemande Bauer, qui a remporté le projet, avait fait venir une centaine d'employés de l'Allemagne. Cela avait déplu à la FTQ-Construction qui a entrepris des moyens de pression afin de ralentir les travaux. Les employés allemands ont aussi témoigné avoir fait l'objet de harcèlement.

À la suite d'une négociation entre la FTQ-Construction, Bauer et Hydro-Québec, plusieurs travailleurs allemands sont rentrés chez eux. Mais les opérateurs de grues sont restés.

Le syndicat a alors pu négocier que des employés québécois « accompagnent » les Allemands. Mais Bauer voulait garder sa technologie secrète et de 2005 à 2007, les grutiers québécois ont été payés pour « jouer aux cartes » ou « dormir » dans leurs roulottes. Deux grutiers ont même affirmé avoir été payés à temps double le week-end à ne rien faire chez eux.

« Hydro-Québec appelait ça gérer le risque », a déclaré l'enquêteur Comeau.

Après une semaine de relâche, les audiences de la commission Charbonneau ont repris, ce matin, avec le témoignage de Michel Comeau.

Dans le cadre de son enquête portant sur l'intimidation et l'extorsion sur les chantiers de construction du Québec, il a rencontré près de 70 personnes: des travailleurs, des entrepreneurs et des délégués syndicaux aux quatre coins du Québec.

Son travail fut compliqué par le fait que la plupart d'entre eux ne voulaient pas parler. Selon l'enquêteur Comeau, une « loi du silence », une « omerta » régnait sur les chantiers.

Craignant des représailles, la majorité de ceux qui ont accepté de parler a requis l'anonymat. C'est pourquoi, ils ne viendront pas témoigner à la commission et que c'est plutôt l'enquêteur Comeau qui rapportera leurs propos cette semaine.

Deux entrepreneurs ont cependant accepté de venir témoigner cette semaine à la commission, afin d'étayer les propos de M. Comeau.

La commission s'est aussi penchée plus en détails sur deux autres chantiers ce matin, celui de la phase II de l'aluminerie Alouette ainsi que sur le chantier de la Romaine sur la Côte-Nord.

M. Comeau a expliqué à quel point il pouvait être pénible pour des travailleurs et entrepreneurs de l'extérieur de la région. Certains ont fait l'objet de menaces, d'autres d'intimidation. Un entrepreneur lui a raconté avoir été passé à tabac devant 40 personnes après avoir congédié 5 employeurs de la FTQ-Construction. Il a aussi déclaré que certains travailleurs falsifient leurs adresses afin de se faire rembourser davantage de kilométrage. Des actes de vandalisme ont aussi été recensés.

Résultat : les entreprises soumissionnaient de 20% à 30% plus cher pour les projets sur la Côte-Nord, a relaté un entrepreneur.

Ont-ils parlé de cette réalité à Hydro-Québec, a demandé le commissaire Renaud Lachance.

«  Hydro-Québec se ferme les yeux là-bas parce qu'il faut que le contrat avance », a déclaré Michel Comeau.

Par exemple, sur le chantier hydroélectrique de Péribonka, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, de 2004 à 2008, des grutiers ont été payés à ne rien faire pour acheter la paix, certains pendant plusieurs mois.

Le problème vient du fait que l'entreprise allemande qui avait obtenu le contrat, Bauer, avait fait venir ses propres ouvriers grutiers et mécaniciens. Les ouvriers du Québec, particulièrement ceux du Saguenay-Lac-Saint-Jean, protestaient donc contre le fait qu'ils ne pouvaient travailler sur ce chantier.

Il y a donc eu des négociations avec la FTQ-Construction, et finalement, des grutiers ont été embauchés par Bauer. Mais comme Bauer voulait garder secrète sa technologie et ne voulait pas que les grutiers québécois approchent sa machinerie, des grutiers québécois ont été payés, mais à ne rien faire.

Des grutiers québécois ont donc joué aux cartes, regardé la télévision, sont restés dans la roulotte du chantier, tout en étant rémunérés, même avec les primes de soir et de week-end, a précisé l'enquêteur Comeau. Deux sont même demeurés à leur domicile, parfois payés à temps double.

Ces grutiers ont été payés à ne rien faire par Bauer, qui a ensuite facturé en conséquence le «donneur d'ouvrage» Hydro-Québec, a précisé l'enquêteur Comeau.

Pour la phase 2 du chantier Alouette, à Sept-Îles, des entrepreneurs ont relaté avoir dû verser une somme variant de 15 000 $ à 50 000 $ «pour la paix syndicale» et s'être remboursés par de la fausse facturation.

Parmi les 11 personnes rencontrées par les enquêteurs pour ce chantier, certains ont affirmé que le chantier avait été «acheté». «Il y avait une paix syndicale hors du commun. On a fini trois mois avant», a relaté l'enquêteur Comeau.

Une loterie appelée moitié-moitié a aussi été organisée. Des délégués de chantier vendaient alors des billets aux travailleurs, 5 $ ou 10 $. Les tirages avaient lieu une fois par semaine, parfois plus souvent. Les ouvriers étaient fortement incités à y participer, sinon ils se faisaient «achaler» et traiter de «cheap», a rapporté l'enquêteur.

L'expression «moitié-moitié» vient du fait que le gagnant de la loterie gagnait la moitié du montant. L'autre moitié pouvait servir à acheter des chandails ou autocollants à l'effigie de la section locale du syndicat ou allait à un fonds de travailleurs, a expliqué le policier.

«L'autorité sur le chantier c'était le syndicat», a affirmé l'enquêteur Comeau, qui a cité deux noms: Jules Bernier, surnommé Matou, un agent d'affaires de la section locale 711 des monteurs d'acier, affilié au Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (international), et Bernard Gauthier, surnommé Rambo, de la section locale 791 des opérateurs de machinerie lourde, affiliée à la FTQ-Construction.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer