Stratagème des 3%: Union Montréal pourrait avoir empoché des millions

Le président de Génius, Michel Lalonde, a reconnu... (Photo tirée d'une vidéo de la commission Charbonneau)

Agrandir

Le président de Génius, Michel Lalonde, a reconnu cette semaine devant la commission Charbonneau qu'il a coordonné un système de partage des contrats accordés par la Ville de Montréal aux firmes de génie.

Photo tirée d'une vidéo de la commission Charbonneau

Partager

Le système de ristourne exposé par l'ingénieur Michel Lalonde pourrait avoir permis à Union Montréal d'empocher jusqu'à 5 millions de 2005 à 2009, selon les calculs de La Presse.

Le président de Génius, Michel Lalonde, a reconnu cette semaine devant la commission Charbonneau qu'il a coordonné un système de partage des contrats accordés par la Ville de Montréal aux firmes de génie. Les recherches de La Presse ont permis de retrouver, entre les années 2007 et 2009, 106 millions payés en honoraires professionnels aux entreprises nommées par l'ingénieur.

Une ristourne de 3% sur tous ces contrats aurait ainsi permis au parti de récolter durant cette période jusqu'à 3,2 millions, soit un peu plus de 1 million par année. Le système aurait été en place de la fin de 2004 à 2009. Il a toutefois été impossible de déterminer combien Montréal a accordé en 2005 et en 2006, car la Ville n'a pas été en mesure de fournir la liste des contrats pour ces années, hier.

Plusieurs bémols s'imposent toutefois à ce calcul. Michel Lalonde n'a pas confirmé que tous les contrats étaient touchés par cette ristourne de 3%. Le «coordonnateur de la collusion» a indiqué devant la commission Charbonneau que le partage des contrats touchait les plus grands projets de Montréal. En calculant seulement les mandats de plus d'un demi-million, on arrive tout de même à une ristourne possible de 830 000$ par an.

Les chiffres calculés par La Presse concordent de plus avec les estimations de M. Lalonde faites devant la Commission. Il a évalué que sa firme, Génius, avait versé de 50 000$ à 100 000$ par année. Cette évaluation se rapproche de la somme calculée pour la période de 2007 à 2009.

Autre inconnue, il n'a pas encore été établi devant la Commission si tout l'argent prenait bel et bien le chemin des coffres d'Union Montréal ou si une partie était utilisée à d'autres fins. Michel Lalonde a affirmé qu'il allait lui-même remettre l'argent au responsable du financement, Bernard Trépanier, dans les bureaux du parti. De plus, une ancienne réceptionniste, Alexandra Pion, a reconnu au début de la semaine qu'elle a vu une valise remplie de billets de 20$ et 50$ dans le bureau de M. Trépanier. Elle n'a toutefois pas pu dire combien la mallette contenait, comme le prétendait Martin Dumont, car elle a refusé de compter l'argent.

Deux fois plus d'argent à Union Montréal

Les rapports financiers d'Union Montréal permettent également de constater qu'il a longtemps récolté beaucoup plus d'argent que ses adversaires. Le parti de l'ex-maire Gérald Tremblay a déclaré dans ses rapports annuels avoir récolté 4,9 millions en contributions de 2005 à 2009, soit près de 1 million par année.

C'est deux fois plus que les deux autres partis montréalais réunis. De 2005 à 2009, Vision Montréal a récolté 2,1 millions et Projet Montréal rapporte avoir reçu 368 000$.

Michel Lalonde a indiqué que le système de ristourne a pris fin en 2009, après la création de l'escouade Marteau. Les rapports annuels d'Union Montréal démontrent une chute marquée des contributions au parti de l'ex-maire Gérald Tremblay. De 1 million par année, les dons à la formation ont chuté à 92 000$ en 2010 et à 150 000$ en 2011. Les données de 2012 n'ont pas encore été diffusées.

À noter, la chute des dons a aussi frappé Vision Montréal, parti de Louise Harel. Après avoir reçu un peu plus de 400 000$ par an, la formation ne récolte plus que le quart de cette somme.

Projet Montréal n'a quant à lui pas observé une telle chute dans ses contributions. De 2005 à 2009, le parti de Richard Bergeron a récolté environ 75 000$ par année. Ses contributions annuelles dépassent maintenant la barre des 100 000$.

En fait, depuis la chute marquée des contributions en 2010, les trois partis récoltent maintenant à peu de choses près la même somme en dons.

***

Les consortiums ont servi à faciliter le partage des contrats, selon Lalonde

La création de consortiums entre firmes de génie a servi à faciliter le partage des contrats, selon le témoignage de l'ingénieur Michel Lalonde devant la commission Charbonneau. Les recherches de La Presse ont d'ailleurs permis de constater que ces alliances entre firmes ont obtenu les deux tiers des honoraires versés par Montréal de 2007 à 2009.

Questionné par le procureur Me Denis Gallant sur les consortiums, le président de Génius a expliqué jeudi que, «dans un sens, ça permet de partager les mandats à plus de firmes». Des 106 millions accordés en contrats d'ingénierie par Montréal de 2007 à 2009, plus de 64 millions ont été remportés par des consortiums, a constaté La Presse. Il devient ainsi impossible de savoir avec précision combien de contrats chaque firme a décrochés, car la majorité de leurs mandats étaient communs.

Michel Lalonde a de plus précisé que même les appels d'offres destinés à des consortiums faisaient l'objet de soumissions de complaisance pour éviter d'éveiller les soupçons. «S'il y avait un projet qui nécessitait quatre firmes, règle générale, il y avait toujours une autre firme qui faisait une soumission de complaisance pour faire en sorte que le processus soit normal», a-t-il expliqué.

Le président de Génius a néanmoins défendu le recours aux consortiums, en soutenant que leur utilisation permettait d'assurer aux villes un meilleur service.

Montréal n'est pas la seule ville qui a vu les consortiums se multiplier entre les firmes de génie. À Québec aussi, les deux tiers des contrats de génie ont été accordés en 2009 à une alliance d'au moins deux sociétés.

***

Les chiffres de la commission

106 millions Contrats accordés de 2007 à 2009 aux firmes de génie par la Ville de Montréal, selon une compilation de La Presse

60% Part des contrats en ingénierie décrochés par des consortiums, entre 2007 et 2009

4,9 millions Contributions récoltées par Union Montréal de 2005 à 2009

2,4 millions Somme des contributions récoltées par Vision Montréal et Projet Montréal de 2005 à 2009

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer