Le club 357c défend la confidentialité de ses membres

Le club privé 357c, situé dans un immeuble... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Le club privé 357c, situé dans un immeuble historique, chic et entièrement rénové de la rue de la Commune, dans le Vieux-Montréal.

Photo Robert Skinner, La Presse

Partager

Le club privé 357c, situé dans un immeuble historique, chic et entièrement rénové de la rue de la Commune, dans le Vieux-Montréal, assure que la confidentialité de ses membres n'est pas compromise malgré l'enquête que mène la commission Charbonneau.

Dans un communiqué envoyé mardi en fin d'après-midi, la direction du club affirme qu'elle a fourni les informations sur ses membres qui sont directement liés à des enquêtes. Si les services policiers ont accès aux bases de données qui contiennent l'historique des activités qui se sont déroulées au 357c et des invités qui s'y sont présentés, ces informations ne sont divulguées que lorsqu'une personne est visée par une enquête.

Le club ne contrôle pas non plus l'ensemble des activités et des personnes qui sont invitées par ses membres. «Nous sommes un club privé qui offre des services, nous offrons des espaces, mais ce sont les membres qui organisent les soirées», a tenu à préciser Ghislain Langlois, frère de Daniel Langlois, fondateur du 357c, lors d'un bref entretien avec La Presse.

Selon le procureur en chef de la Commission, Me Denis Gallant, le club n'est pas directement visé par l'enquête; on s'intéresse plutôt aux activités de certains membres et invités. «C'est un club privé qui existe depuis 10 ans, qui a 1000 membres. L'importance du témoignage ne réside pas tant dans les lieux que dans les rencontres qui s'y sont déroulées avec des sujets d'intérêt pour la Commission, avec des entrepreneurs en construction, des ingénieurs de firmes de génie-conseil, certains élus et certains fonctionnaires municipaux», a expliqué Me Gallant.

Fondé par Daniel Langlois, créateur de Softimage, le club 357c rassemble tout le gratin culturel et financier de la métropole. L'édifice est luxueux. On y trouve un grand hall, une salle de bal, des salons-bars, ainsi que plusieurs restaurants où les menus sont préparés en fonction des préférences des membres. Il n'est pas rare que des invités de l'extérieur du Québec y séjournent. Le prince de Monaco a notamment déjà habité la luxueuse suite du club lors d'un passage à Montréal.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer