Des allégations de Zambito restent lettre morte

Lino Zambito, lors de son témoignage à la... (Photo: tirée d'une vidéo)

Agrandir

Lino Zambito, lors de son témoignage à la commission Charbonneau.

Photo: tirée d'une vidéo

Partager

Bruno Bisson
Bruno Bisson
La Presse

Les témoignages des deux surveillants de chantiers de la Ville de Montréal, Michel Paquette et François Thériault, se sont terminés d'une manière peu concluante, hier après-midi, sans qu'on les questionne sur des allégations formulées à leur endroit par l'ancien entrepreneur Lino Zambito, le mois dernier, à la commission Charbonneau.

Les deux surveillants, qui ont travaillé sur des dizaines de chantiers sous la direction de l'ingénieur corrompu Luc Leclerc, qui était leur chef de projet, ont reconnu l'un et l'autre avoir obtenu des faveurs (bouteilles de vin, billets de hockey, repas, etc.) des entrepreneurs avec qui ils faisaient affaire, dans le cadre de leurs fonctions à la Ville.

Ils ont toutefois affirmé n'avoir jamais touché d'enveloppes d'argent, de primes et de pots-de-vin provenant des entreprises de construction. M. Paquette a affirmé avoir reçu une fois la proposition du propriétaire de Conex, Tony Conte, qu'il a refusée. M. Thériault n'a fait état d'aucune offre semblable.

Ils ont nié l'un et l'autre toute connaissance de manoeuvres admises par Luc Leclerc, qui a avoué avoir touché 500 000$ en pots-de-vin, en faisant gonfler artificiellement le coût de dizaines de contrats municipaux qu'il a supervisés pour le compte de la Ville de Montréal. MM. Paquette et Thériault étaient pourtant ses techniciens les plus souvent attitrés.

Surprenant, Leclerc, et Cie

Le 1er octobre dernier, lors de son passage devant la commission Charbonneau, Lino Zambito a identifié cinq employés de la Ville de Montréal qui auraient participé, d'une façon ou d'une autre à des stratagèmes de collusion et de corruption sur des contrats municipaux.

Les surveillants Michel Paquette et François Thériault font partie des personnes nommées par Lino Zambito, avec Gilles Surprenant, Luc Leclerc et Yves Themens. En parlant de Thériault, l'ancien dirigeant d'Infrabec a affirmé qu'il «fonctionnait dans le stratagème», et qu'il pouvait autoriser des montants qui n'étaient pas prévus aux contrats en échange d'une commission de 15%. Il a spécifiquement identifié un contrat de 2004 pour lequel un montant d'une somme indéterminée lui aurait été versé.

Quant à M. Paquette, il «oeuvrait dans ce sens-là», selon M. Zambito, qui aurait versé une somme «très minime».

Étrangement, hier, le procureur de la commission, Me Simon Tremblay, n'a pas posé de questions aux témoins relativement à ses allégations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer