Nouvelle démission à la commission Charbonneau

Claude Chartrand... (Photo: Commission Charbonneau)

Agrandir

Claude Chartrand

Photo: Commission Charbonneau

Partager

Après la démission du procureur en chef de la commission Charbonneau, voici que son adjoint annonce lui aussi son départ. Me Claude Chartrand, qui digère mal d'avoir été confiné à des tâches administratives, a offert sa démission aujourd'hui.

À la Commission, on indique simplement que Me Chartrand «n'était plus heureux» dans son rôle de numéro 2 des procureurs responsables d'interroger les témoins devant les commissaires.

À la suite du départ de Me Sylvain Lussier, à la mi-octobre, c"est à lui qu'on avait confié l'intérim.

Or, la semaine dernière, c'est plutôt sa collègue Me Sonia Lebel qui a été nommée procureure en chef de la Commission. Me Chartrand est donc redevenu le numéro 2.

La Commission a offert peu d'explications sur ce nouveau départ. Elle s'est limitée à le remercier pour son travail. «Me Chartrand a contribué de façon significative aux différents travaux de mise en oeuvre de la Commission ainsi qu'aux audiences du printemps, ce qui lui vaut de sincères remerciements.»

Dans une lettre envoyée aux médias, Me Chartrand écrit: «Étant depuis quelques semaines limité à des tâches administratives, le lien de confiance mutuelle et nécessaire est irrémédiablement rompu entre mes supérieurs et moi.»

Il regrette de ne plus avoir la possibilité de mettre à contribution l'expertise qu'il a acquise dans le domaine depuis 33 ans.

Sa démission survient également après l'embauche d'une nouvelle procureure à la Commission, Me Claudine Roy, qui se mettra bientôt au travail puisqu'elle devrait interroger un témoin dès cette semaine, a-t-on laissé entendre.

***

Lettre de démission de Me Claude Chartrand

«Lundi, le 12 novembre 2012

J'ai le regret d'annoncer que je quitte mes fonctions au sein de la Commission sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction.

Étant depuis quelques semaines limité à des tâches administratives, le lien de confiance mutuelle et nécessaire est irrémédiablement rompu entre mes supérieurs et moi.

Je considère donc ne plus avoir la possibilité de mettre à contribution l'expertise acquise dans le domaine au cours des 33 dernières années. Étant d'avis que je pourrais apporter bien plus à la Commission, je ne vois d'autre option que de prendre la présente décision.

Malgré tout, la Commission conserve toute ma confiance et je me réjouis des travaux accomplis à ce jour. Je souhaite ardemment que la Commission poursuive son excellent travail et qu'elle réalise tous les objectifs prévus à son vaste mandat avec le plus grand des succès.

Claude Chartrand, avocat»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer