La commission Charbonneau tient mordicus à Raynald Desjardins

Raynald Desjardins (au centre)... (Photo fournie par Radio-Canada)

Agrandir

Raynald Desjardins (au centre)

Photo fournie par Radio-Canada

Partager

Daniel Renaud
La Presse

La partie de bras de fer entre l'avocat de Raynald Desjardins et ceux de la commission Charbonneau s'est poursuivie en Cour Supérieure ce matin. En réplique à la requête déposée il y a deux semaines par Desjardins pour faire casser son assignation à comparaître, les avocats de la Commission en ont déposé une à leur tour pour le contraindre à témoigner. Dans leur requête, ils font notamment valoir le fait que les commissaires ont la compétence exclusive pour obliger Desjardins à comparaître.

«Si des gens sont assignés et ne sont pas d'accord pour des raisons X, ils doivent d'abord se présenter devant les commissaires pour expliquer leur position. Ça va commencer à être lourd et ce ne sera pas favorable à la saine administration de la justice si, chaque fois, une personne se présente en Cour supérieure pour contester une citation à comparaître», a déclaré Me Simon Tremblay de la Commission au juge Michael Stober de la Cour Supérieure.

L'avocat a suggéré que le témoignage de Raynald Desjardins soit frappé d'une ordonnance de non-publication ou se déroule à huis clos, pour ne pas nuire à sa défense dans son dossier au criminel.

Raynald Desjardins et quatre autres individus sont en effet accusés du meurtre de l'aspirant-parrain Salvatore Montagna, tué à Charlemagne le 24 novembre 2011. Son avocat, Me Marc Labelle, refuse que son client témoigne devant la commission Charbonneau parce que cela nuira à sa défense, en raison des questions qui seront posées sur ses liens avec la mafia et toute la publicité entourant son témoignage, appréhende-t-il. «Ce n'est pas après son procès qu'il va être interrogé, c'est pendant les procédures. Comment pourrais-je pallier à la mauvaise publicité qu'il aura lorsqu'il sera interrogé par la Commission», a-t-il demandé au juge Stober.

Raynald Desjardins est impliqué dans plusieurs sociétés, dont Carboneutre. Le nom de cette compagnie est sorti dans le scandale de la vente et la décontamination des terrains du Faubourg Contrecoeur à la suite duquel l'ancien numéro 2 de la Ville de Montréal, Frank Zampino, l'entrepreneur Paolo Catania, l'ancien président de la SHDM, Martial Fillion et d'autres individus ont été arrêtés et accusés. Ce matin, Me Tremblay a laissé entendre que c'est au sujet de Carboneutre que la Commission veut notamment interroger Raynald Desjardins. On doit s'attendre à ce qu'il soit également questionné sur ses liens avec la FTQ.

Le juge Stober annoncera le 22 octobre laquelle des deux requêtes il va rejeter.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer