Le projet de charte a des échos jusqu'en Turquie

Des jeunes femmes voilées prennent le soleil devant... (Photo Mladen Antonov, archives AFP)

Agrandir

Des jeunes femmes voilées prennent le soleil devant la mosquée de Kodjatepe, à Ankara, en Turquie.

Photo Mladen Antonov, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Charte de la laïcité

Actualité

Charte de la laïcité

Le gouvernement Marois a déposé son projet de Charte sur les «valeurs de laïcité» l'automne dernier. Le texte propose, entre autres, l'interdiction du voile intégral dans les services publics, des balises pour les accommodements raisonnables ainsi que la neutralité de l'État et l'interdiction du port de signes religieux ostentatoires. Suivez les développements. »

Alexander Panetta
La Presse Canadienne
Washington

Le dossier de la charte québécoise des valeurs s'est invité dans une conversation portant sur les droits de la personne entre un représentant du gouvernement de la Turquie et un diplomate canadien.

L'ambassadeur canadien pour la liberté de religion, Andrew Bennett, a expliqué que le sujet avait été abordé alors qu'il était question des droits des minorités en Turquie.

Le diplomate a soutenu que la Turquie a progressé en matière de libertés religieuses, au cours des dernières années. Il cite en exemple le cas de femmes portant le hijab, qui peuvent maintenant pénétrer dans des bâtiments publics.

Cependant, les minorités chrétiennes, juives et alévies ont toujours bon nombre de préoccupations. Elles disent notamment faire l'objet d'expropriations.

M. Bennett dit avoir soulevé cette question lors d'une visite en Turquie, l'automne dernier. À cela, son interlocuteur turc a rétorqué en évoquant le cas du Québec.

Le diplomate soutient que c'était la première et seule fois qu'une référence à la charte lui était faite depuis son entrée en fonction, il y a un an. M. Bennett ne peut pas se prononcer sur ce sujet puisqu'il n'est pas dans son mandat de s'impliquer dans les dossiers provinciaux. Il a toutefois rejeté toute comparaison entre la persécution des minorités à l'étranger et ce qui se passe actuellement au Québec.

Celui qui est à la tête du Bureau de la liberté de religion du pays rappelle que dans plusieurs pays, plusieurs personnes sont torturées, emprisonnées ou tuées en raison de leur foi.

Le Canada a mis sur pied un Bureau de la liberté de religion car il bénéficie de cette liberté à la maison, a précisé l'ambassadeur.

«Au Canada, nous avons des tribunaux et la Charte des droits et libertés. Nous pouvons faire la promotion des libertés religieuses à l'extérieur de notre pays, car nous jouissons de celles-ci au Canada. C'est l'approche que nous adoptons», a-t-il expliqué.

Andrew Bennett se trouve actuellement à Washington. Au cours des derniers jours, il a rencontré le dalaï-lama, des homologues américains ainsi que des groupes de réflexion et d'intellectuels.

M. Bennett a parlé de son travail à l'occasion d'une conférence, organisée par le Berkeley Center's Religious Freedom Project. On lui a demandé si son organisme continuerait d'exister si les conservateurs ne formaient plus le gouvernement. S'il concède que cette possibilité existe, il n'y croit guère, rappelant sa nomination non partisane et l'intégration de l'organisation au sein du ministère des Affaires étrangères.

La question du «clientélisme» a aussi été abordée à l'occasion de cette rencontre. Il a assuré que les positions de son Bureau ne seront pas influencées par les intérêts politiques et économiques du Canada à l'étranger.

Andrew Bennett a aussi insisté sur le fait que son travail n'implique pas de discussions théologiques. Son rôle est de promouvoir la liberté de religions, même s'il admet avoir voulu devenir prêtre catholique à une certaine époque et qu'il ne cache pas sa foi catholique.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer