Les incidents haineux en hausse à Montréal

Le Centre culturel islamique de Québec gère deux... (PHOTO ERICK LABBÉ, LE SOLEIL)

Agrandir

Le Centre culturel islamique de Québec gère deux lieux de prière, la grande mosquée de Québec, là où a eu lieu l'attentat de dimanche soir, et la mosquée Annour (notre photo), qui fait maintenant l'objet de surveillance policière.

PHOTO ERICK LABBÉ, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Inquiet de la montée des groupes d'extrême droite à Québec, le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence dit y avoir envoyé deux employés depuis novembre pour offrir des formations afin d'en prévenir les manifestations. Montréal n'échappe pas à cette montée de l'intolérance, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ayant noté une hausse de 20% des incidents haineux en un an.

Depuis neuf mois, les indicateurs sont au rouge quant à la montée des groupes d'extrême droite au Québec. Le Centre de prévention de la radicalisation calcule avoir reçu 30 demandes sur ce type de radicalisation au cours des neuf derniers mois. De plus, le Centre dit avoir compilé 14 incidents haineux, dont six touchant l'islamophobie.

Il ne s'agit que de la pointe de l'iceberg. Le SPVM a répertorié dans la métropole 137 incidents haineux en 2016, contre 113 l'année précédente. «Il y a une hausse», note le chef de police de Montréal, Philippe Pichet, qui s'est dit «préoccupé».

Le grand patron du SPVM reste toutefois prudent, évoquant la possibilité que l'augmentation soit liée à l'attention accrue accordée à ce type d'incidents. Actuellement, «il n'y a aucune information selon laquelle il y a une menace spécifique sur Montréal», a-t-il tenu à préciser à La Presse.

Disant constater une multiplication des groupes d'extrême droite à Québec, le Centre de prévention de la radicalisation, établi à Montréal, a décidé d'envoyer du personnel dans la capitale pour répondre aux nombreuses demandes d'aide qu'il recevait.

«Dans beaucoup d'organismes et d'écoles de la région, les gens sont préoccupés par la question de l'extrémisme, de la radicalisation.» - Herman Deparice-Okomba, directeur du Centre de prévention de la radicalisation

Une tête de porc avait été déposée en juin dernier devant la mosquée visée par l'attentat de dimanche soir. Celle-ci avait également été couverte de graffitis racistes, comme des croix gammées.

Appel à l'ouverture

Devant ces signes préoccupants, le maire de Montréal, Denis Coderre, a jugé important de lancer un appel à l'unité en organisant une rencontre avec une trentaine de leaders religieux à l'hôtel de ville de Montréal, hier après-midi. Celui-ci n'a pas hésité à qualifier la tuerie «d'acte terroriste contre la communauté musulmane».

«Au même titre que je vais combattre de toutes mes forces le racisme, l'intolérance et l'antisémitisme, nous allons tous combattre l'islamophobie, qui est aussi une forme d'intolérance, a déclaré Denis Coderre. Au lieu de bâtir des murs, on devrait peut-être bâtir des ponts.»

Une représentante de la communauté maghrébine espère que l'attentat servira de réveil pour le Québec sur la montée de l'intolérance.

«Ma communauté est mal-aimée depuis longtemps. On avait besoin d'un geste aussi fort, brutal et immoral pour qu'on dise les vraies affaires.» - Marianna Zhouri, présidente du Congrès maghrébin du Québec

La femme a d'ailleurs salué la vague de solidarité qu'elle a sentie à la suite de l'attentat. «Le Québec n'a jamais été un terreau pour le terrorisme», a-t-elle laissé tomber.

Oser dénoncer

Herman Deparice-Okomba réitère qu'il est simpliste de voir la radicalisation comme étant un phénomène se limitant à l'islamisme. «On a très vite compris que si on veut s'attaquer à la radicalisation, il faut s'intéresser à toutes les formes, y compris les extrêmes droite et gauche. On ne s'est pas trompés, parce que nos chiffres montrent que c'est un enjeu au Québec», dit-il.

Surtout, Herman Deparice-Okomba invite les gens à rapporter les comportements suspects. «Le constat dans les études est simple : dans 80% des actes terroristes, les proches avaient vu des indices, des comportements, mais ne savaient pas quoi en faire. C'est pour cela qu'on dit de nous appeler dès que vous avez un doute ou une préoccupation. Appelez, il n'y a pas de honte à cela. Ce n'est pas de la délation que d'appeler pour se faire rassurer ou avoir la bonne information.»

Il ajoute que la radicalisation ne survient pas du jour au lendemain, mais sur une longue période. «On ne se lève pas le matin en disant qu'on est un extrémiste violent, on ne se lève pas pour faire ce qui a été fait à Québec. C'est un processus qui prend du temps», souligne M. Deparice-Okomba.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer