La Couronne doute que Guy Turcotte ait vraiment voulu se suicider

Guy Turcotte... (PHOTO GRAHAM HUGUES, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Guy Turcotte

PHOTO GRAHAM HUGUES, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Guy Turcotte a tué ses enfants. Ensuite il a bu du lave-glace. Il savait que la mort serait longue à venir et il a appelé sa mère pour qu'elle vienne le sauver.

C'est l'hypothèse que le procureur de la Couronne René Verret a soumise au psychiatre Louis Morissette, jeudi, au procès de Guy Turcotte. Le Dr Morissette, qui a évalué l'état mental de M. Turcotte dans le cadre de sa défense de non-responsabilité criminelle, est persuadé que l'accusé voulait vraiment se tuer. Il pense aussi qu'il a bu du lave-glace avant de tuer ses enfants. Il en veut pour preuve le fait qu'il n'y avait pas de sang sur le bouchon du bidon de lave-glace. Il y en avait par contre (celui d'Anne-Sophie), sur le bidon et un verre, signes qu'il en assurément bu pris après. 

Pourtant, dans son rapport, le psychiatre signale à deux reprises que le méthanol n'est pas en cause dans la mort des enfants. Selon lui, c'est le trouble d'adaptation et le raptus suicidaire qui l'ont amené à agir comme il l'a fait. Il ne pensait plus de façon logique.

Le procureur a alors sorti un lapin de son chapeau. Dans une entrevue qu'il a donnée à Benoit Dutrisac, le 15  janvier dernier, M. Morissette imputait le drame à trois facteurs: le trouble mental de M. Turcotte, le raptus suicidaire et l'ingestion de méthanol. 

«Vous admettez avoir dit ça qu'il y avait trois facteurs», a demandé Me Verret?

«Oui, j'ai toujours été d'accord. Mais le moteur principal ce n'est pas l'intoxication. Le méthanol, c'est marginal», a répondu le témoin. 

Me Verret a aussi confronté le témoin avec un autre segment de cette entrevue. «Vous dites que Guy Turcotte a été très violent dans un espace de temps, un vendredi soir. Que durant une période, une heure ou deux mais moins d'une heure probablement, il a été très violent. Qu'est-ce qui vous permettait de spéculer sur la durée?» Le témoin a répondu qu'il avait toujours eu la même compréhension du délit.

M. Morissette avait aussi dit lors de cette entrevue que boire trois verres de lave-glace c'est «comme boire trois verres de cognac». Ce qui est faux. Le méthanol a un effet éthylique moins fort que l'alcool consommable.

Le témoin a admis qu'il en sait plus aujourd'hui sur le méthanol.

Le psychiatre Morissette témoigne pour la troisième journée consécutive.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer