Une famille sri-lankaise de Montréal expulsée du pays

La famille Lawrence, en compagnie de la députée... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

La famille Lawrence, en compagnie de la députée péquiste Carole Poirier.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Cinq ans après leur arrivée au Canada, les Lawrence ont été renvoyés vers leur pays d'origine hier soir, malgré l'appui de politiciens de Québec et d'Ottawa.

La famille sri-lankaise de l'élève Leony Pavithra Lawrence a été expulsée du Canada hier soir. Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, n'a finalement pas utilisé son pouvoir discrétionnaire pour mettre un frein à leur renvoi vers le Sri Lanka. « Ils sont un peu bouleversés, ils avaient beaucoup d'espoir », a dit à La Presse Me Stéphane Handfield, l'avocat de la famille, hier après-midi, quelques heures avant l'embarquement des Lawrence dans l'avion.

Des politiciens de Québec comme d'Ottawa avaient pourtant pris la parole dans les derniers jours pour plaider en faveur du maintien de la famille Lawrence à Montréal. La présidente de la Commission scolaire de Montréal, Catherine Harel Bourdon, avait vanté les mérites de la jeune Leony, une élève qui parlait un excellent français et qui visait des études en médecine.

Elle a dû quitter le pays avec ses proches en raison du refus de leur demande d'asile, alors qu'elle s'apprêtait à entrer au cégep avec un permis d'études en poche.

Même le ministre provincial de l'Immigration, David Heurtel, était intervenu pour délivrer un certificat de sélection du Québec. Une intervention « exceptionnelle », selon l'avocat spécialisé en immigration Stéphane Handfield

« Tout avait été fait. Ça ne prenait qu'une formalité du côté d'Ottawa pour régler le dossier. Il fallait que l'agence suspende son renvoi, puis que le ministre [Ralph] Goodale intervienne par son pouvoir discrétionnaire. Il a décidé de ne pas le faire. Il vivra avec les conséquences politiques de cette décision. » 

«J'ai eu un peu l'impression de vivre comme dans le temps des conservateurs. Ce n'était pas rare de voir des décisions comme ça, les libéraux ne nous ont pas habitués à vivre de telles situations. C'est peut-être la nouvelle façon de faire maintenant.»

Me Stéphane Handfield,
avocat de la famille

L'espoir est maintenant mince que les huit membres de la famille Lawrence puissent un jour revenir au Québec, concède Stéphane Handfield. « Ce n'est pas impossible, mais ça va être difficile... Ça va leur prendre une autorisation de retour au Canada signée par le ministre [Goodale]. Il faudra refaire toutes les démarches pour les circonstances d'ordre humanitaire. Quand on est déjà expulsé du Canada, c'est plus difficile de convaincre les fonctionnaires du bien-fondé d'une telle demande. »

« UNE CRUAUTÉ DÉMOCRATIQUE INUTILE », DIT AMIR KHADIR

Le député de Québec solidaire Amir Khadir a déclaré hier soir à La Presse qu'il ressent une « profonde déception » à la suite de l'expulsion des Lawrence. « Je ressens une espèce de révulsion quand je vois comment on faillit à notre tâche collective, a dit M. Khadir. Je comprends qu'on ne peut pas recevoir tout le monde, tout le temps, mais il y a des gens ici qu'on a gardés pendant cinq ans, qui ont cru aux promesses entendues de la bouche même de M. Trudeau. [...] Ces gens-là ont travaillé ici, leurs enfants sont allés à l'école et ont appris le français. C'est une cruauté bureaucratique inutile. »

Quelques heures avant l'expulsion de la famille, le chef du Parti québécois Jean-François Lisée avait dénoncé l'inaction du gouvernement fédéral dans le dossier. « Le gouvernement canadien dit : on s'en fiche. On s'en fiche que le gouvernement du Québec ait donné un certificat de sélection. On s'en fiche qu'il y ait de la mobilisation humanitaire, on s'en fiche que la fille soit sur le point de rentrer au cégep et soit excellente en français. »

«C'est le Canada sans coeur qui décide de faire partir cette famille malgré le mouvement de solidarité.»

Jean-François Lisée,
chef du Parti québécois

Le cabinet du ministre de l'Immigration du Québec, David Heurtel, a indiqué à La Presseque bien qu'il ait délivré un certificat de sélection du Québec à la famille, la décision finale revenait au fédéral.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, n'a pas voulu commenter l'expulsion. Son attaché de presse, Dan Brien, a indiqué dans un courriel envoyé à La Presse hier soir qu'il leur « est impossible de commenter des dossiers spécifiques ». « Nous ne pouvons ni confirmer ni infirmer des questions qui toucheraient à la vie privée. » 

M. Brien a précisé que « les personnes qui font l'objet d'une mesure de renvoi et qui allèguent un risque de torture ou un risque de traitement cruel ou de châtiment si elles sont renvoyées peuvent faire une demande relative à l'examen des risques avant renvoi ». « S'il est établi qu'une personne est à risque, elle n'est pas renvoyée », a-t-il conclu.

- Avec La Presse Canadienne




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer