Femmes candidates: au gré des élections

Sur les 294 candidats qui se présentent aux... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, La Presse)

Agrandir

Sur les 294 candidats qui se présentent aux élections municipales, on compte 127 femmes.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À Montréal et ailleurs au Québec, le nombre de femmes candidates aux élections municipales monte et descend au gré des scrutins.

« Contrairement à ce qu'on pourrait croire, la progression des femmes est lente et non linéaire, affirme Esther Lapointe, directrice générale du groupe Femmes, politique et démocratie. Les gens qui disent que la parité hommes-femmes va se faire toute seule se trompent. Ce n'est pas comme ça que ça marche. Il y a des reculs. »

Prenons l'exemple de Laval. Aux élections municipales de 2009, 47,6 % de femmes briguaient des postes de conseillères. En 2013, ce pourcentage chutait à 29,3 %, avant de remonter à 41,6 % cette année.

Même phénomène sur la Côte-Nord, où on note cette année un recul de 2,3 % des candidatures féminines par rapport à l'élection de 2013. Elles sont passées de 30,7 % à 28,4 %.

À Montréal, toutefois, on observe une hausse constante des candidates depuis 2009. De 33 %, lors des élections de 2009, elles sont passées à 37,7 % en 2013 et à 43 % cette année.

« Elles ne sont pas seulement plus nombreuses, elles sont aussi très engagées », fait remarquer Nathalie Fortin, qui se présente comme conseillère de ville avec Équipe Denis Coderre dans Rosemont-La Petite-Patrie. « Les candidates que je côtoie sont toutes des femmes avec des têtes fortes. Il n'y a pas de petites souris. Pas une seule femme-poteau. »

Esther Lapointe, du groupe Femmes, politique et démocratie, est convaincue d'une chose : « Ça prend des modèles. » « Quand Valérie Plante et Anne Guérette affrontent des maires tout-puissants comme Denis Coderre ou Régis Labeaume, ça envoie des messages très forts et ça incite les femmes à aller en politique », croit-elle. Plus il y aura de femmes dans des postes clés, plus il y aura de candidatures féminines.

Quelques chiffres

  • 127: Sur les 294 candidats qui se présentent aux élections du 5 novembre à Montréal, on compte 127 femmes. Une femme, contre sept hommes, brigue la mairie : Valérie Plante. Si Mme Plante est élue, elle sera la première mairesse de Montréal.3

  • 3: Pour la première fois, la course à la mairie de Longueuil oppose trois femmes et pas un seul homme :  Sylvie Parent, Josée Latendresse et Sadia Groguhé.

  • 38 %: À Longueuil, 23 femmes et 37 hommes se présentent aux élections. Les femmes représentent 38 % des candidatures.

  • 41,6 %: À Laval, ce pourcentage grimpe à 41,6 % : 34 femmes sur un total de 82 candidatures, selon les derniers chiffres fournis par l'administration lavalloise.

  • 17 %: Seulement 17 % des villes du Québec étaient dirigées par une mairesse avant le déclenchement des élections. Les femmes occupaient 32 % des postes de conseillères. Cette année, 20 % de femmes briguent les postes de mairesse et 33 % de conseillères de la ville, selon les données du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT).




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer