• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Course à la mairie de Québec: un candidat climatosceptique et provoitures 

Course à la mairie de Québec: un candidat climatosceptique et provoitures

La recette de Jean-François Gosselin est simple : organiser une... (Photo Erick Labbé, Le Soleil)

Agrandir

La recette de Jean-François Gosselin est simple : organiser une élection référendaire sur la mobilité. Le maire sortant veut des transports en commun, lui, un troisième lien, martèle-t-il sur toutes les tribunes.

Photo Erick Labbé, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il est climatosceptique, mais précise qu'il fait son compost. Il « respecte » l'opinion des urbanistes, mais pense que Québec a besoin de plus de routes. Il juge que l'étalement urbain n'est pas un problème et que le libre marché doit décider de l'aménagement de la ville.

Pas besoin de mettre son clignotant : il est évident que c'est par la droite que Jean-François Gosselin veut doubler Régis Labeaume le 5 novembre pour devenir maire de Québec.

L'ancien député adéquiste, inconnu d'une bonne partie du public il y a quelques mois encore, est maintenant deuxième dans les sondages. Sa recette est simple : organiser une élection référendaire sur la mobilité. Le maire sortant veut des transports en commun, lui, un troisième lien, martèle-t-il sur toutes les tribunes.

« Moi, j'ai voté pour Labeaume en 2007. J'aimais son discours. Il était contre le tramway. Mais là, il est rendu usé, déconnecté, et c'est lui qui nous impose ses idées. Il parle de parcs, de son projet de SRB. Les gens n'en veulent pas ! », lance M. Gosselin en entrevue avec La Presse. Ses discussions avec les électeurs de Québec ne mentent pas : « Jamais personne ne m'a parlé de parcs ! »

Député adéquiste de 2007 à 2008, Gosselin a fait un retour à la politique en 2012 en se présentant pour les libéraux. Il était échaudé par la grève étudiante. « Il y a plusieurs choses que je n'aimais pas du côté des carrés rouges », dit-il.

Puis, en avril dernier, il s'est lancé dans la course à la mairie, se disant exaspéré « par les dépenses du maire Labeaume et ses taxes ».

Ces derniers jours, il a proposé coup sur coup : d'annuler la reconstruction d'une bibliothèque au centre-ville pour faire des économies, d'augmenter le nombre d'intersections où le virage au feu rouge est permis, de hausser la limite de vitesse sur un boulevard urbain et de réduire les heures d'utilisation de la voie réservée aux autobus sur le boulevard Lebourgneuf.

Mais le clou de sa campagne reste son appui à la construction d'un troisième lien vers la Rive-Sud, par lequel passe selon lui le développement économique de la région de Québec. Des urbanistes et spécialistes des transports ont décrié ce projet, qui, selon eux, ne fera qu'aggraver la congestion. Le Journal de Québec en a même fait sa manchette en mai dernier, citant 12 experts.

Mais Gosselin est inébranlable.

« Les experts ont droit à leur opinion. Ils ont droit à leurs études aussi. »

«Moi, ce que je dis, contrairement à eux, c'est que si on construit une nouvelle autoroute et qu'elle est pleine dans quelques années, il est où, le problème ? Ça veut dire qu'il y avait une demande. Ça veut dire que la région va bien, que les gens circulent.»

Jean-François Gosselin

Même chose pour l'étalement urbain, qui, selon lui, « est une histoire de libre marché ». Pas question, donc, de limiter la croissance de la périphérie pour densifier la ville.

« Pour moi, l'étalement urbain, ça ne veut absolument rien dire. On n'est pas à Toronto et on ne sera jamais une ville de la grosseur de Toronto. Québec, si on regarde sur Google Maps, on voit qu'il y a de la place. »

Que pense-t-il du projet de transports en commun « structurant » que Régis Labeaume propose ? « Québec n'est pas prêt. Peut-être dans 10 ans, on verra. »

Candidat des radios ?

Ce détenteur d'un MBA, qui a grandi dans le quartier Limoilou à Québec, a déjà dit s'être politisé en écoutant Jeff Fillion. En entrevue avec La Presse, l'homme de 42 ans assume ses propos, mais les nuance. « Jeff Fillion ne m'a pas influencé comme politicien. C'est Mario Dumont qui l'a fait », dit-il.

N'empêche que Fillion est très tendre à l'endroit de Gosselin. L'animateur de Radio X lui a même promis son vote en ondes. Il n'hésite pas non plus à donner des conseils à Gosselin quant à sa campagne. C'est lui, par exemple, qui a été l'un des premiers à parler d'« élection référendaire » autour du troisième lien, concept aujourd'hui repris par Québec 21, le parti de Gosselin.

Les deux hommes se rassemblent aussi sur la question des changements climatiques. Gosselin est climatosceptique et l'assume.

«Je pense qu'il y a des changements climatiques, mais je ne pense pas que l'homme est responsable.»

Jean-François Gosselin

« En même temps, on doit faire le maximum pour minimiser l'impact environnemental », explique Gosselin, qui dit recycler, composter et apprendre à ses enfants « à ne pas jeter leur gomme par terre ».

« Des accords comme Kyoto, au nombre de gens qui vont perdre leur emploi, qui ne pourront plus faire vivre leur famille... Les conséquences économiques sont désastreuses pour un minimum d'effets sur l'environnement, croit le candidat à la mairie de Québec. Ça ne vaut pas la peine. »

Les ressemblances entre les discours de Fillion et Gosselin sont nombreuses. L'aspirant maire a d'ailleurs l'étiquette de « candidat des radios » qui lui colle à la peau.

« La radio, je l'écoute. J'en prends, j'en laisse. Souvent, à la radio, ils me critiquent parce que pour eux je ne suis pas assez méchant, explique M. Gosselin. Mais je ne suis pas un acteur. J'ai une maîtrise en administration des affaires. Je suis un gars de chiffres. »

Et le « gars de chiffres » sait pertinemment qu'il devra aller plus loin que les radios s'il espère gagner ses élections. Jeff Fillion s'était présenté à la mairie, en 2009, et il n'avait recueilli que 8,5 % des voix.

Jean-François Gosselin répète qu'il vise le poste de maire. Mais si sa tentative de doubler Régis Labeaume par la droite échoue, il se dit prêt à faire ses classes dans l'opposition.

« Je n'ai pas d'aspirations provinciales ou fédérales. Mon but, c'est d'être maire. Si la population décide que je serai dans l'opposition, c'est certain que je reste, promet-il. Je m'organiserai pour gagner la prochaine élection. »

Son profil

Jean-François Gosselin

Québec 21

Son parcours

Détenteur d'un MBA, il est élu député de Jean-Lesage au moment de la vague adéquiste de 2007. Battu en 2008, il quitte le bateau lors de la création de la CAQ parce que « ça ne cliquait pas avec François Legault ». Il revient à la politique en 2012, se présente pour le Parti libéral du Québec et est défait.

Son modèle politique

Sans hésitation, il répond Mario Dumont, son ancien chef à l'ADQ. « C'est un excellent vulgarisateur. Il était capable d'expliquer des choses pour que non seulement je les comprenne, mais que je puisse les expliquer à d'autres ensuite, dit M. Gosselin. C'était un gars proche du monde, capable de se souvenir des gens qu'il rencontrait même des années après. »

Un fait méconnu

Jean-François Gosselin a déjà eu comme entraîneur... Michel Therrien. Hockeyeur de haut calibre, il a joué quatre saisons pour une université américaine. À son retour au Québec, il a été invité au camp d'entraînement des Citadelles, équipe qui évoluait dans la Ligue américaine. « Depuis, je suis un fan de Michel Therrien. J'ai vraiment aimé l'expérience. »




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer