• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Ugo Fredette «dévoué à la cause des victimes», selon Marc Bellemare 

Ugo Fredette «dévoué à la cause des victimes», selon Marc Bellemare

Marc Bellemare, en 2010... (Photo Erick Labbé, Archives Le Soleil)

Agrandir

Marc Bellemare, en 2010

Photo Erick Labbé, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

L'avocat Marc Bellemare, qui a collaboré à des documentaires d'Ugo Fredette, est sidéré par la tragédie survenue jeudi et il ne comprend pas les amalgames qu'il a entendus ces derniers jours entre son travail sur les personnes disparues et le crime qu'il a commis.

Ugo Fredette... (PHOTO FOURNIE PAR LA SÛRETÉ DU QUÉBEC) - image 1.0

Agrandir

Ugo Fredette

PHOTO FOURNIE PAR LA SÛRETÉ DU QUÉBEC

Le travail d'Ugo Fredette a eu l'immense mérite, dit Me Bellemare, de remettre au premier plan des personnes disparues depuis souvent très longtemps. « Il était sincère dans ce qu'il faisait et il a fait un très bon travail auprès des familles. »

« Très peu de gens au Québec se sont dévoués autant à la cause des victimes d'actes criminels qu'Ugo Fredette », poursuit l'avocat.

N'est-il pas tout de même ironique que celui qui a oeuvré autant auprès de victimes d'actes criminels soit soupçonné d'avoir tué sa femme et d'avoir fait plusieurs orphelins ? « C'est ironique, oui, mais pas plus. »

Pour les documentaires d'Ugo Fredette, Me Bellemare a été interviewé, mais il a aussi collaboré à la recherche. Le dernier documentaire coproduit par Ugo Fredette, Sept femmes, était presque terminé et il sortira, mais sans le nom d'Ugo Fredette au générique, selon Marc Bellemare.

Au travail, Ugo Fredette apparaissait à Me Bellemare comme quelqu'un de très courtois, sympathique, qui ne semblait pas présenter de problème d'impulsivité.

La coproduction de documentaires, c'était son travail principal, « mais il ne faisait pas d'argent. Pour les trois documentaires qu'il a faits, ça devait à peine couvrir ses dépenses ».

Me Bellemare a vu la conjointe d'Ugo Fredette, Véronique Barbe, et leur fils il y a quelques mois. « Nous étions à Laval pour le tournage d'une séquence sur Joanne Dorion, disparue en 1977. »

« Quelqu'un m'a appelé jeudi pour me dire ce qui était arrivé. Je n'en revenais pas. J'ai essayé de le contacter, mais en vain. »

- Avec Vincent Larouche, La Presse




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer