Congrès: les mathématiciens sont en ville

Après une première édition au Mexique en 2013,... (Photo d'archives)

Agrandir

Après une première édition au Mexique en 2013, le Congrès mathématique des Amériques en est à sa deuxième édition.

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils viennent des quatre coins des Amériques. Et si vous les croisez dans le métro ou au restaurant, sachez que sous leur air de monsieur et madame Tout-le-Monde, ils sont peut-être en train de réfléchir à la géométrie non commutative, à la combinatoire extrémale ou aux « dernières tendances en cycles algébriques ». Pas moins de 1200 mathématiciens sont en ville dans le cadre du Congrès mathématique des Amériques. De l'origami à la congestion routière en passant par la difficulté de démêler du fil de pêche, La Presse a tenté de comprendre les problèmes qui les occupent.

Abstraites, les mathématiques ? Parfois au point d'en perdre tout repère, oui. Mais les mathématiciens ont aussi le don d'accoucher de trouvailles qui règlent des problèmes bien concrets et changent nos vies. Le plus bel exemple est cet outil que nous utilisons tous les jours : Google.

« C'est une idée purement mathématique qui est devenue la deuxième plus grande capitalisation boursière de toute la planète », commente Christiane Rousseau, professeure au département de mathématiques et de statistique de l'Université de Montréal et l'une des organisatrices locales du congrès qui se déroule cette semaine à Montréal.

Google, pour la petite histoire, est basé sur un algorithme qui classe les pages web en ordre de popularité en fonction du nombre et de la qualité des liens qui pointent vers elles. En retournant les résultats les plus pertinents aux usagers, il met de l'ordre dans le fouillis du web. Il n'est pas trop fort de dire qu'il a créé une véritable révolution.

Mme Rousseau rappelle aussi que sans les mathématiques, les médecins qui font passer des examens de tomodensitométrie à leurs patients seraient incapables de tirer la moindre conclusion des informations qui leur parviennent. Même chose pour ceux qui cherchent du pétrole ou tentent de comprendre la structure de la Terre en y envoyant des ondes.

« J'aime dire qu'il y a des choses que l'on ne voit pas avec nos yeux, dit Christiane Rousseau. Puis on met nos lunettes mathématiques et on les voit. »

LE CONGRÈS MATHÉMATIQUE DES AMÉRIQUES

Après une première édition au Mexique en 2013, le Congrès mathématique des Amériques en est à sa deuxième édition. Il vise à donner aux chercheurs l'occasion de présenter leurs travaux, mais aussi à aider les mathématiciens provenant de petits pays d'Amérique latine à s'intégrer dans les réseaux internationaux. Il se déroule à Montréal toute la semaine.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer