• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Voisins du circuit de Formule E: «On a pensé à la circulation, mais pas à nous» 

Voisins du circuit de Formule E: «On a pensé à la circulation, mais pas à nous»

Roxanne Ducharme, résidante du boulevard René-Lévesque, dit vouloir déménager... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Roxanne Ducharme, résidante du boulevard René-Lévesque, dit vouloir déménager en septembre pour ne pas avoir à revivre les désagréments de l'ePrix l'an prochain.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
JEIEL ONEL MÉZIL
La Presse

Des citoyens résidant près du circuit de la Formule E en ont assez du bruit, des fermetures de stationnement et des autres entraves à la circulation liés à l'ePrix, course de Formule électrique qui aura lieu les 29 et 30 juillet.

Les entraves à la circulation, les fermetures de... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Les entraves à la circulation, les fermetures de stationnement et le bruit font partie des désagréments vécus par les résidants du secteur où se tiendra la course de Formule électrique.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Les entraves à la circulation, les fermetures de... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse) - image 1.1

Agrandir

Les entraves à la circulation, les fermetures de stationnement et le bruit font partie des désagréments vécus par les résidants du secteur où se tiendra la course de Formule électrique.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Roxanne Ducharme, résidante du boulevard René-Lévesque, a décidé de déménager en septembre pour ne pas avoir à endurer une autre année comme celle-ci, car Montréal a signé un contrat de trois ans avec la Formule E. « À 4 heures du matin, on entendait des coups de marteau et du bruit comme si on était sur un chantier de construction », dit-elle.

Mme Ducharme a subi une opération à la hanche en mai, ce qui l'empêche de marcher sur de longues distances. « J'ai peur de ne pas pouvoir me stationner tout près de chez moi [durant l'ePrix], affirme Mme Ducharme. Je ne peux pas marcher. » Elle pense partir chez des amis pour le week-end de la course.

Thierry Lelong, qui réside dans le secteur enclavé, ne cache pas sa colère. « On ne pourra rentrer ici en voiture qu'entre 18 h 30 et 6 h 30 durant le week-end de l'ePrix », déplore-t-il. « J'aurais préféré qu'ils achètent des bus électriques avec cet argent », ajoute-t-il.

« La Ville a décidé d'imposer aux citoyens de vivre les travaux de nuit pour ne pas nuire à la circulation. Donc, on a pensé à la circulation, mais pas à nous », souligne Jean-René Moisan, résidant du boulevard René-Lévesque.

DES COMMERÇANTS CRAIGNENT UNE BAISSE D'AFFLUENCE

À la poissonnerie La Mer, boulevard René-Lévesque, la direction est résignée à connaître une baisse d'affluence. « Les clients nous demandent comment arriver ici, car l'avenue Papineau [sur laquelle se trouve l'entrée du stationnement] est bloquée. Bloquer une grande artère comme Papineau durant trois semaines est une aberration », affirme le directeur du marketing Alexandre Meletakos, qui estime que 90 % de sa clientèle arrive en voiture.

« On observe une baisse d'affluence depuis le début des travaux. C'est parce que les gens ne peuvent plus stationner sur le boulevard René-Lévesque », estime pour sa part Véronique Gratton, copropriétaire du Comptoir Lyonnais.

Le conseiller municipal de Projet Montréal Éric Alan Caldwell affirme qu'il faudra revoir l'organisation de la Formule E l'an prochain. « On n'a pas considéré ceux qui vivent près du circuit. On n'a vu que les rues sans penser à ceux qui sont à l'intérieur », dit-il.

Jointe par La Presse, la Ville de Montréal affirme avoir conclu 14 ententes pour un total de 1698 places de stationnement, dont 803 pour les résidants uniquement. « La Ville continue de déployer des efforts considérables pour accompagner les résidants et les commerçants du secteur tout au long de la préparation et lors de l'événement », a indiqué par courriel la chargée de communication Anik de Repentigny.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer