Présidentielle: les Français de Montréal mitigés

La veille, samedi, les Montréalais d'origine française étaient... (PHOTO DARIO AYALA, REUTERS)

Agrandir

La veille, samedi, les Montréalais d'origine française étaient plusieurs milliers à se déplacer pour voter au premier tour dans le quartier Outremont.

PHOTO DARIO AYALA, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Vicky Fragasso-Marquis
La Presse Canadienne

Les Montréalais d'origine française ont accueilli de façon mitigée les premiers résultats du premier tour de l'élection présidentielle en France qui ont prédit la qualification du centriste Emmanuel Macron et de la candidate d'extrême-droite, Marine Le Pen.

Des huées et des applaudissements ont surgi dans les locaux de l'Union française de Montréal lorsque la télévision française a annoncé ses prédictions très serrées, vers 14 h, dimanche. Les résultats officiels, qui ont été dévoilés plus tard au compte-goutte, ont donné raison aux médias français, qui avaient prédit que M. Macron terminerait premier, suivi de très près par Mme Le Pen.

«C'est un message fort qui est envoyé, mais dans le mauvais sens. On se retrouve avec Emmanuel Macron, qui est issu d'aucun parti, mais qui n'a pas vraiment de programme, qui prend un peu tout ce qu'il y à prendre et Marine Le Pen qui est le fruit d'une colère qu'on peut comprendre, mais qui est une solution que je trouve assez dangereuse», a résumé une jeune électrice, Camille, qui est au Québec depuis trois ans.

«C'est évident qu'au deuxième tour je voterai contre Marine Le Pen. Et pour ça il faut voter Emmanuel Macron, ça me fait vraiment mal au coeur de le dire, mais je ne veux surtout pas laisser passer le parti de la haine», a-t-elle ajouté.

La plupart se sont dits désolés que Mme Le Pen se retrouve au deuxième tour, mais ils se sont dits rassurés que M. Macron soit de la course au lieu de François Fillon, un autre candidat de droite, ou de Jean-Luc Mélenchon, un radical de la gauche.

«Je suis plus ou moins surprise, plutôt soulagée. J'avais vraiment peur d'un Fillon-Le Pen. Macron, je suis plutôt soulagée parce que je pense qu'il va réussir à rallier pas mal de personnes», a réagi Victoire Gonzalez.

«C'est angoissant, mais (avec) Macron ça devrait bien se passer», a-t-elle ajouté.

Les citoyens interrogés ne débordaient pas d'enthousiasme à l'égard de M. Macron, mais ils se sont dits plutôt certains que Mme Le Pen sera éliminée au prochain tour.

«Je ne sais pas trop quoi en penser. Ça m'attriste un peu de voir que Marine Le Pen ait passé. Et Macron, je ne suis fait pas vraiment confiance non plus. La manière qu'il s'exprime, qu'il explique son programme, ça ne me donne pas envie de croire en lui», a confié Stéphane.

«Il faut juste choisir un côté et y aller à 100 pour cent. C'est l'un ou l'autre, mais ce n'est pas les candidats que j'aurais préférés», a-t-il ajouté.

François Brutley, qui est établi à Montréal depuis une semaine, s'est aussi réjoui que M. Fillon ait été exclu en raison des nombreux scandales qui l'ont embarrassé pendant la campagne.

«C'est plutôt une défaite pour lui qu'une victoire pour Emmanuel Macron», a-t-il analysé.

M. Brutley, qui n'appuyait pas spécialement M. Macron, croit qu'il gagnera assez facilement au deuxième tour.

La veille, les Montréalais d'origine française étaient plusieurs milliers à se déplacer pour voter au premier tour dans le quartier Outremont. Ils seront appelés à participer au second tour le 6 mai prochain en vue du scrutin officiel qui se tiendra le lendemain et qui débouchera sur l'élection du prochain chef d'État.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer