• Accueil > 
  • Actualités 
  • > L'homme qui a cyberintimidé Amanda Todd condamné à 11 ans de prison au Pays-Bas 

L'homme qui a cyberintimidé Amanda Todd condamné à 11 ans de prison au Pays-Bas

Un procès distinct attend Aydin C. au Canada,... (Capture d'écran.)

Agrandir

Un procès distinct attend Aydin C. au Canada, où il est accusé d'avoir cyberintimidé Amanda Todd. L'adolescente de 15 ans a retenu l'attention de toute la planète quand elle a mis en ligne, sur YouTube, une vidéo dans laquelle elle décrivait le calvaire qu'était devenue sa vie. Elle s'est ensuite suicidée.

Capture d'écran.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
WINNIPEG

La mère d'Amanda Todd, cette adolescente de Colombie-Britannique qui s'était suicidée après avoir été la cible d'intimidation sur internet, s'est dite soulagée et ravie d'apprendre que l'individu recherché au Canada relativement à ce drame a été condamné jeudi dans une autre affaire à près de onze ans de prison par la justice néerlandaise.

Aydin C., âgé de 38 ans, a été reconnu coupable aux Pays-Bas d'avoir intimidé 34 jeunes filles et cinq garçons homosexuels par le biais de caméras internet, parfois pendant des années. Le tribunal a imposé la peine la plus lourde possible pour l'ensemble des peines - 10 ans et huit mois de prison - en expliquant que le comportement de l'accusé avait eu des conséquences dévastatrices sur les jeunes victimes - les filles en particulier. Le tribunal craint aussi les risques de récidive.

«Je suis reconnaissante que les juges, après avoir analysé toute la preuve et les témoignages, aient conclu à la culpabilité de cette personne», a commenté en entrevue téléphonique Carol Todd, mère d'Amanda, morte à 15 ans. «Cela m'attriste de constater que quelqu'un soit obligé d'adopter ces comportements pour être heureux.»

Le tribunal néerlandais a reconnu Aydin C. coupable de fraude et de chantage sur internet. L'homme, que la loi néerlandaise interdit de nommer complètement, utilisait de multiples identités en ligne pour se présenter comme un jeune garçon ou une jeune fille sur des sites de clavardage. Il se liait ensuite d'amitié avec ses victimes, qu'il finissait par convaincre de se dénuder pour lui à la caméra et de poser des gestes à caractère sexuel. Il publiait alors les images sur internet, ou menaçait de les publier afin de faire chanter les jeunes victimes.

Dans une dépêche en provenance des Pays-Bas, l'Associated Press écrit jeudi que cet «Aydin C.» est Aydin Coban, accusé au Canada relativement à l'intimidation d'Amanda Todd. L'AP écrit aussi que le tribunal néerlandais a permis qu'il soit extradé après son procès là-bas, mais qu'il a fait appel de cette décision.

Amanda Todd a retenu l'attention de toute la planète quand elle a mis en ligne, sur YouTube, une vidéo dans laquelle elle décrivait le calvaire qu'était devenue sa vie, en retournant des cartons écrits à la main qu'elle faisait défiler devant elle. Intimidée sans relâche à l'école, l'adolescente de 15 ans s'est suicidée peu de temps après, en 2012.

Aydin Coban a été accusé en 2014 au Canada d'extorsion, d'importation, possession et distribution de pornographie juvénile, et de tentative de leurre d'enfant en ligne relativement à cette affaire. Il aurait créé une fausse page Facebook au nom d'Amanda Todd, à laquelle il aurait ajouté ses amis et sur laquelle il aurait affiché une photo de nature sexuelle que l'adolescente lui avait envoyée.

Carol Todd a bon espoir qu'Aydin Coban sera éventuellement jugé devant les tribunaux canadiens. «Cela fait maintenant sept ans qu'Amanda nous a quittés. Je suis prête à attendre le temps qu'il faudra pour obtenir gain de cause.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer